20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Pêche. « Éviter l’effondrement des cours »

Pêche. « Éviter l’effondrement des cours »

Dernière mise à jour le jeudi 2 janvier 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 31 Décembre 2013
Visualiser l’article original



C’en est terminé du mécanisme de soutien au marché de la pêche par l’Europe. Pour compenser la fin des prix de retrait, Pêcheurs de Bretagne (*) a mis au point un nouveau dispositif. Le point avec Jacques Pichon, directeur de Pêcheurs de Bretagne.

Quel était le dispositif en vigueur jusqu’à présent ?
Depuis les années 70, il y avait un régime de fixation des prix d’intervention, en dessous desquels certaines espèces pêchées ne pouvaient être vendues. Dans ce cas, les organisations de producteurs les retiraient du marché, et les destinaient à des marchés non alimentaires. En contrepartie, elles recevaient une aide financière de l’Europe. C’était une dérogation aux règles de la concurrence car cela permettait aux producteurs de créer une entente.Ce régime de prix de retrait communautaire n’était pas fixé pour toutes les espèces, mais ça permettait d’appliquer le même dispositif sur d’autres espèces même si les organisations de producteurs ne recevaient pas d’aide en contrepartie. C’était un filet de sécurité contre l’effondrement des prix.

Qu’est-ce qui change le 1er janvier 2014 ?
Ce principe des prix de retrait n’apparaît plus dans l’Organisation commune des marchés (OCM, l’un des trois piliers de la nouvelle Politique commune de la pêche, NDLR). Cela prive les organisations de producteurs de soutien financier mais surtout, cela fait tomber la dérogation à la concurrence. Désormais, un pêcheur peut vendre sa production à n’importe quel prix. Les organisations de producteurs n’ont plus à les imposer.

Comment va intervenir Pêcheurs de Bretagne (*) ?
Nous avons réfléchi au moyen de continuer à assurer ce service aux pêcheurs : au lieu d’imposer des prix, nous allons acheter les espèces directement sous criée. Il n’y aura aucune obligation pour les pêcheurs.Notre intérêt, c’est que le marché fonctionne bien. Ce que nous voulons éviter, c’est la concurrence avec le mareyage traditionnel ; ce serait totalement contre-productif. Nous n’allons donc pas nous mettre sur les mêmes marchés.Nous allons continuer à chercher des débouchés non alimentaires, caritatifs (comme les Paniers de la mer par exemple, NDLR). Nous allons aussi commencer à explorer de nouveaux marchés, comme le grand export par exemple ; cela nous coûtera un peu d’argent au début, mais à terme cela pourra être investi par les mareyeurs traditionnels.

Quelles sont les conséquences financières pour Pêcheurs de Bretagne ?
Dans notre périmètre, notre niveau d’intervention s’élevait à 300.000 €-500.000 € par an, couvert entre un tiers et deux tiers par l’Europe. Notre organisation de producteurs a des réserves. De plus, l’OCM nous octroie des moyens dans d’autres domaines.

Quelles sont les principales espèces concernées ?
Les prix de retrait étaient fixés à l’année. Nous avons décidé de faire évoluer nos prix d’achat en cours d’année, en fonction des marchés. L’idée n’est pas de soutenir une espèce donnée 365 jours par an, mais d’éviter l’effondrement des cours à un moment donné. Il s’agit avant tout d’apporter une certaine stabilité et sécurité aux pêcheurs.Nous savons déjà que des espèces comme la cardine et le merlu vont connaître des difficultés. Parce que les marchés européens destinataires, comme l’Espagne et l’Italie, connaissent des difficultés économiques et parce que, pour le merlu en tout cas, les quotas de pêche ont été augmentés pour 2014.

Tout le monde sera prêt le 1er janvier ?
Certaines organisations professionnelles ont pris du retard. Nous, nous travaillons dessus depuis un an. Notre mandat, c’était de trouver un moyen qui soit conforme à la règle, et un service équivalent à ce qu’on faisait auparavant. Nous avons mené les discussions avec les administrations, les producteurs et les acheteurs, tout le monde est au courant.Aucune entente n’est possible entre organisation de producteurs. Nous allons donc découvrir au fur et à mesure les dispositifs mis en place par les autres organisations. L’attitude de l’une ou l’autre pourra modifier la nôtre...


Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP