21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Pêche. L’avenir des chalutiers est électrique

Pêche. L’avenir des chalutiers est électrique

Dernière mise à jour le mardi 26 novembre 2013

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 21 Novembre 2013
Visualiser l’article original



% des coûts de carburant. 80 % des émissions de CO2. Les économies visées par le projet Fish2Eco Energy sont ambitieuses. Conçu et soutenu par l’association France Pêche durable et responsable, ce chantier est porté par l’armement coopératif Acanor (62). Le chalutier démonstrateur, La Frégate III, est basé à Boulogne-sur-Mer. Pour le financement - pas moins de 3,7 M€ - le projet bénéficie d’aides de l’Europe, de l’État, de la région Nord-Pas-de-Calais, du département du Pas-de-Calais et de mécènes privés. La Sem-Keroman, la Scapêche et le Comité régional des pêches de Bretagne sont aussi parties prenantes de Fish2Eco Energy.

Une propulsion révolutionnaire

Dans ce cadre, plusieurs entreprises bretonnes travaillent depuis 2008 à la conception et à la réalisation d’une propulsion révolutionnaire combinant électricité et gaz. « Nous avons été approchés par la Coopérative maritime étaploise il y a trois ans », explique Maurice Buttet, dirigeant de Barillec SAS. L’entreprise concarnoise, spécialisée dans les installations électriques industrielles et maritimes, avait déjà plusieurs réalisations à son actif en matière de propulsion électrique. Mais sur des gros bateaux type thoniers. La Frégate III est un chalutier de 22,50 m...

« La pêche de demain »

En lien avec une pompe-hélice innovante, « ce projet nous a permis de travailler sur des rapports couple-vitesse totalement nouveaux, qui permettent des choses qu’un moteur diesel n’autorise pas ». Il y a l’économie de carburant, la réduction des émissions de CO2 mais aussi de soufre. Pour l’instant, les génératrices qui alimentent le moteur électrique fonctionnent au gazole. Qui sera remplacé à terme par du gaz naturel comprimé. « Ce projet, c’est un premier pas. Ça va dans le sens de ce que sera notre pêche demain », souligne Maurice Buttet. La seconde étape, pour le Concarnois, c’est « la production d’énergie à bord des bateaux ».

De meilleurs rendements dans les trains de pêche

Voilà pour le moteur du futur. Mais les économies de carburant peuvent aussi être réalisées grâce aux trains de pêche. « Ce sont deux tiers de la consommation », souligne Guillaume Loth. Ingénieur aux Docks et entrepôts maritimes de Keroman (DEMK), il travaille aussi sur le projet Fish2Eco Energy. Son objectif : optimiser les rendements des chaluts et des nasses. « Cela aura aussi, forcément, une incidence sur la sélectivité des pêches. »

Les essais ont débuté

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP