17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas
Accueil > Actualités de la mer > Pêche. L’étau se resserre sur SOS petite Mer de Gâvres

Pêche. L’étau se resserre sur SOS petite Mer de Gâvres

Dernière mise à jour le lundi 14 mai 2012

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Jeudi 10 Mai 2012
Visualiser l’article original



Pêche. L’étau se resserre sur SOS petite Mer de Gâvres

La revente des « fruits » de la pêche à pied est autorisée aux seuls professionnels. Ce principe a été rappelé lundi, avec force procès verbal, à l’association SOS Petite mer de Gâvres. Ce que conteste leur bouillant président, Alain Malardé.

Le droit coutumier n’a pas été d’un grand recours pour les membres de l’association, lundi, quand les services des Affaires maritimes (désormais Délégation de la mer et du littoral) ont mené une opération de contrôle. À l’intérieur du petit cabanon surplombant la jetée, les agents ont découvert 205kg de palourdes (dont 67kg de japonaises), achetées par l’association aux pêcheurs à pied de loisir au terme de trois jours de beaux coefficients de marée.

Une activité illégale

L’affaire n’est pas nouvelle. Voilà des années que l’association procède ainsi, arguant que le droit coutumier et la tradition sont de leur côté. Le site est connu, bien au-delà de la Petite mer de Gâvres. Les pêcheurs à pied de loisir s’y rendent sans complexes pour vendre le produit de leur pêche. Des palourdes principalement. L’association se charge ensuite, selon ses propres circuits, d’écouler cette marchandise. L’affaire n’est pas légale. L’association, qui revendique des centaines d’adhérents, ne le nie pas. Son président, Alain Malardé, plaide pour la reconnaissance du droit coutumier. L’affaire est aujourd’hui devant la Cour européenne des droits de l’homme. Un ultime recours pour l’association, sanctionnée ...

Lire l’article complet sur Le Télégramme ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP