25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans
Accueil > Actualités de la mer > Pêche. Les artisans se maintiennent

Pêche. Les artisans se maintiennent

Dernière mise à jour le mercredi 12 juin 2013

Article paru
sur le site "Le Telegramme" - 11 Juin 2013
Visualiser l’article original


C’est l’heure des bilans pour la pêche artisanale. Le groupement des pêcheurs artisans, qui regroupe le plus gros de la flotte lorientaise soit 57 navires, tenait son assemblée générale le week-end dernier. Le moment de faire le bilan de santé de la flotte pour 2012. « 2012 est en léger retrait par rapport à 2011 », explique Alain Desgré, directeur du groupement. « Le chiffre d’affaires est de 26,5 M€, pour les 57 navires que nous gérons. 2011 était une année exceptionnelle, avec une bonne progression du chiffre d’affaires des bateaux, car il y avait eu beaucoup de langoustines. Ça n’a pas été le cas en 2012. Il y a eu 30 % de tonnage débarqué en moins. Heureusement, les quantités ont baissé, mais le prix moyen du tonnage débarqué a augmenté de 5 %. Les chalutiers ont compensé avec la pêche à l’anchois. La météo du quatrième trimestre a certainement contribué à cette baisse ». Le chiffre d’affaires des chalutiers a baissé de 3 à 4 %. Les fileyeurs de 8 %. Une baisse également à imputer au prix du gasoil qui grève la trésorerie des entreprises. En 2012, il était à 0,71 € pour 100 litres contre 0,49 € en 2010. Depuis le début 2013, un léger recul est observé, à 0,66 €. « La situation de la flotte artisanale n’est pas catastrophique », relativise Patrick Cariou, président du groupement. « Le problème, c’est le renouvellement des outils. Les contraintes d’achat des bateaux. La réglementation est compliquée et bloque beaucoup de transactions ». C’est le gros problème de la flotte lorientaise. Les bateaux ont parfois le même âge que leur patron, à savoir une trentaine d’années. « Un jeune seul ne peut plus s’installer », explique Alain Desgré. « Construire un bateau neuf à 2 M€ sans subventions est impossible. Un bateau de 16 à 20 m d’occasion, c’est entre 500 et 900.000 € ».

Aider les jeunes

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP