21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Pêche. Les artisans se maintiennent

Pêche. Les artisans se maintiennent

Dernière mise à jour le mercredi 12 juin 2013

Article paru
sur le site "Le Telegramme" - 11 Juin 2013
Visualiser l’article original


C’est l’heure des bilans pour la pêche artisanale. Le groupement des pêcheurs artisans, qui regroupe le plus gros de la flotte lorientaise soit 57 navires, tenait son assemblée générale le week-end dernier. Le moment de faire le bilan de santé de la flotte pour 2012. « 2012 est en léger retrait par rapport à 2011 », explique Alain Desgré, directeur du groupement. « Le chiffre d’affaires est de 26,5 M€, pour les 57 navires que nous gérons. 2011 était une année exceptionnelle, avec une bonne progression du chiffre d’affaires des bateaux, car il y avait eu beaucoup de langoustines. Ça n’a pas été le cas en 2012. Il y a eu 30 % de tonnage débarqué en moins. Heureusement, les quantités ont baissé, mais le prix moyen du tonnage débarqué a augmenté de 5 %. Les chalutiers ont compensé avec la pêche à l’anchois. La météo du quatrième trimestre a certainement contribué à cette baisse ». Le chiffre d’affaires des chalutiers a baissé de 3 à 4 %. Les fileyeurs de 8 %. Une baisse également à imputer au prix du gasoil qui grève la trésorerie des entreprises. En 2012, il était à 0,71 € pour 100 litres contre 0,49 € en 2010. Depuis le début 2013, un léger recul est observé, à 0,66 €. « La situation de la flotte artisanale n’est pas catastrophique », relativise Patrick Cariou, président du groupement. « Le problème, c’est le renouvellement des outils. Les contraintes d’achat des bateaux. La réglementation est compliquée et bloque beaucoup de transactions ». C’est le gros problème de la flotte lorientaise. Les bateaux ont parfois le même âge que leur patron, à savoir une trentaine d’années. « Un jeune seul ne peut plus s’installer », explique Alain Desgré. « Construire un bateau neuf à 2 M€ sans subventions est impossible. Un bateau de 16 à 20 m d’occasion, c’est entre 500 et 900.000 € ».

Aider les jeunes

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP