29 mai : Moules Mystérieuse hécatombe en rade de Brest12 mai : Rade de Brest. Les daurades royales repassent à l’attaque 10 mai : Lanvéoc. L’École navale attend 200 bateaux 5 mai : Bretagne. Les phares d’Iroise classés Monuments historiques 4 mai : Morbihan. 1,2 million de naissains de Saint-Jacques déversés en mer 30 avril : plozévet. Des milliers de lançons échoués sur la plage29 avril : Palourdes. Le compte est bon à Martin-plage27 avril : Toxines. Des interdictions de pêche en rade de Brest 26 avril : Une larve dévoreuse de plastique, nouvel espoir pour l’environnement 24 avril : Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation des déchets plastiques au nord de l’Europe19 avril : Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest15 avril : Côtes-d’Armor. Un homard bleu très rare pêché dans la baie de Saint-Brieuc
Accueil > Actualités de la mer > Pêche. Quel avenir pour la Bretagne ?

Pêche. Quel avenir pour la Bretagne ?

Dernière mise à jour le vendredi 28 octobre 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 14 Octobre 2016
Visualiser l’article original

.../...


À l’occasion de la sortie du livre « Pêcheurs bretons en quête d’avenir », une soirée de réflexion est organisée demain sur l’île d’Houat autour de l’avenir de la pêche bretonne. Rencontre avec Alain Le Sann et Yves Lebahy, qui ont disséqué la pêche bretonne.

Que reste-t-il de la pêche bretonne ?
Alain Le Sann (Pêche et développement) : Dans notre livre, nous publions une carte des zones de pêches fréquentées par les pêcheurs bretons en 1976. Ils étaient partout : l’Afrique et l’Amérique du Sud avec la langouste et le thon tropical, Terre-Neuve et l’Europe du Nord avec la morue... Depuis plus de 20 ans, les flottilles se sont recentrées sur la Bretagne. La grande pêche n’est plus bretonne, elle est passée sous contrôle étranger. Les armements industriels se sont effondrés. Il reste la pêche artisanale et côtière.

Sont-elles, elles aussi, menacées de disparition ?
Yves Lebahy (géographe) : Ce qui ressort, c’est qu’il faut arrêter de se focaliser sur la ressource et se pencher sur l’état du milieu, c’est-à-dire du plancton et donc de la qualité des eaux. Il y a une très forte dégradation des eaux côtières. Si la Bretagne est devenue une zone de pêche, c’est que le milieu est très productif. Potentiellement, c’était un gisement parmi les plus importants du monde. Il ne l’est plus. On peut citer l’exemple de Mor Braz, dans le Morbihan. C’était une zone extraordinairement prolifique.

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP