20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Pêche. Tous les ports vendéens regroupés dans l’Organisation de (...)

Pêche. Tous les ports vendéens regroupés dans l’Organisation de producteurs

Dernière mise à jour le samedi 29 juin 2013

Article paru
sur le site "Ouestfrance entreprises" - 26 Juin 2013
Visualiser l’article original


Née en 2009 de la réunion des anciennes organisations, Socosama aux Sables-d’Olonne et Arpevie à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, l’organisation de producteurs (OP) Vendée regroupe, depuis le début de l’année, la totalité des producteurs des ports vendéens, grâce à la fusion avec l’île d’Yeu (Ouest-France du 7 février). Alors qu’ils étaient jusqu’à cette date 125 adhérents, cette fusion porte ce nombre à 156. Un directeur adjoint islais, Sébastien Chauvet, a été nommé.
30 millions de chiffre d’affaires

De 2009 à 2011, la production est restée stable, autour de 7 000 t, pour des chiffres d’affaires annuels en progression de 22 à 27 millions €. En 2012, l’OP a vu son tonnage passer à plus de 8 000 pour un chiffre d’affaires de 30 millions. « Cette progression permet un certain optimisme pour l’avenir, mais nous devons rester prudents », dit José Jouneau, le président.
Mutualisation des quotas de pêche

Saint-Gilles reste le port de la sardine (1 600 t), Les Sables et L’Aiguillon-sur-Mer sont plus diversifiés : soles pour 470 t, bars 430 t, céphalopodes (encornets, seiches) 2 000 t... « La réunion de tous les pêcheurs vendéens dans cette OP nous permet une gestion collective des quotas de pêche et de les mutualiser, entre tous les marins-pêcheurs vendéens », précise José Jouneau. Cela permettra à Saint-Gilles de diversifier sa pêche. Les nouveaux quotas d’anchois accordés par l’Europe depuis deux ans ont permis à ce port d’augmenter son tonnage de 720 t (1,7 million d’euros).
Polyvalence des produits

La débarque est presque exclusivement vendéenne : 7 800 t sur les 8 000 pêchées. Le reste se répartit de Cherbourg à Saint-Jean-de-Luz. « Notre union augmente notre force comme interlocuteurs devant la Bretagne toute puissante », ajoute José Jouneau.

Cette mutualisation permet une polyvalence des produits mais aussi de bons échanges avec les autres OP. « Notre maître mot, c’est de rester consensuels vis-à-vis des autres, car seule une vision globale, à l’échelle de la façade atlantique, permettra la survie des métiers de la pêche. »

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP