26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?
Accueil > Actualités de la mer > Pêche. Tous les ports vendéens regroupés dans l’Organisation de (...)

Pêche. Tous les ports vendéens regroupés dans l’Organisation de producteurs

Dernière mise à jour le samedi 29 juin 2013

Article paru
sur le site "Ouestfrance entreprises" - 26 Juin 2013
Visualiser l’article original


Née en 2009 de la réunion des anciennes organisations, Socosama aux Sables-d’Olonne et Arpevie à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, l’organisation de producteurs (OP) Vendée regroupe, depuis le début de l’année, la totalité des producteurs des ports vendéens, grâce à la fusion avec l’île d’Yeu (Ouest-France du 7 février). Alors qu’ils étaient jusqu’à cette date 125 adhérents, cette fusion porte ce nombre à 156. Un directeur adjoint islais, Sébastien Chauvet, a été nommé.
30 millions de chiffre d’affaires

De 2009 à 2011, la production est restée stable, autour de 7 000 t, pour des chiffres d’affaires annuels en progression de 22 à 27 millions €. En 2012, l’OP a vu son tonnage passer à plus de 8 000 pour un chiffre d’affaires de 30 millions. « Cette progression permet un certain optimisme pour l’avenir, mais nous devons rester prudents », dit José Jouneau, le président.
Mutualisation des quotas de pêche

Saint-Gilles reste le port de la sardine (1 600 t), Les Sables et L’Aiguillon-sur-Mer sont plus diversifiés : soles pour 470 t, bars 430 t, céphalopodes (encornets, seiches) 2 000 t... « La réunion de tous les pêcheurs vendéens dans cette OP nous permet une gestion collective des quotas de pêche et de les mutualiser, entre tous les marins-pêcheurs vendéens », précise José Jouneau. Cela permettra à Saint-Gilles de diversifier sa pêche. Les nouveaux quotas d’anchois accordés par l’Europe depuis deux ans ont permis à ce port d’augmenter son tonnage de 720 t (1,7 million d’euros).
Polyvalence des produits

La débarque est presque exclusivement vendéenne : 7 800 t sur les 8 000 pêchées. Le reste se répartit de Cherbourg à Saint-Jean-de-Luz. « Notre union augmente notre force comme interlocuteurs devant la Bretagne toute puissante », ajoute José Jouneau.

Cette mutualisation permet une polyvalence des produits mais aussi de bons échanges avec les autres OP. « Notre maître mot, c’est de rester consensuels vis-à-vis des autres, car seule une vision globale, à l’échelle de la façade atlantique, permettra la survie des métiers de la pêche. »

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP