13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition30 juin : Brest. À Océanopolis, la famille manchot s’agrandi29 juin : Écloserie. Des pétoncles noirs à l’essai28 juin : Sein. Les grands dauphins comme dans un écrin21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours 9 juin : Manche : il n’y aura pas de moules de Barfleur cet été
Accueil > Actualités de la mer > Pêche à la coquille. Toujours interdite

Pêche à la coquille. Toujours interdite

Dernière mise à jour le samedi 8 octobre 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 06 Octobre 2016
Visualiser l’article original


À la suite d’un arrêté préfectoral du 23 septembre, la pêche aux coquilles Saint-Jacques est toujours interdite en baie de Morlaix.
L’interdiction fait suite à un rapport d’Ifremer, qui relevait la trop forte présence de toxines anesthésiantes ASP, rendant les coquillages impropres à la consommation, indique la préfecture.
Une situation inédite
« Deux prélèvements ont été faits sur l’eau du secteur de Morlaix, ces quinze derniers jours, à une semaine d’intervalle. Ils confirment que le seuil maximal d’ASP est légèrement dépassé sur le secteur côtier, alors qu’au large, il n’y a pas de problème.
Ce n’est pas la pêche à la coquille en elle-même qui pose problème, c’est le retrempage des coquilles Saint-Jacques dans les bassins de la criée de Roscoff, qui pompe l’eau de mer côtière », souligne le président du comité local des pêches, Jean-Jacques Tanguy. Un nouveau prélèvement a été apporté pour analyse à Quimper, hier.
Tout comme deux autres échantillons, provenant de la rade de Brest, elle aussi touchée. Les résultats devraient être connus aujourd’hui. « On espère, bien entendu, que les taux d’ASP vont redescendre assez vite. Il faudra, de toute manière, un deuxième prélèvement de confirmation.
On a un peu de marge avant l’ouverture effective du gisement local, en novembre. Mais c’est une situation inédite, donc on ignore si elle peut durer », prolonge Jean-Jacques Tanguy.
Les pêcheurs dans l’attente
En attendant, les pêcheurs de coquilles Saint-Jacques de la baie de Morlaix, pour certains déjà pénalisés par les restrictions sur la pêche au bar (lire ci-dessus), avouent une certaine inquiétude. « On a décalé le démarrage de la campagne d’une semaine. Dans l’intervalle, on part décharger notre pêche sur Saint-Brieuc », confirme Marc Corboliou, dont le chalutier est basé au Diben.

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP