15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi
Accueil > Actualités de la mer > Pêche au bar. "Ligneurs, pas pilleurs"

Pêche au bar. "Ligneurs, pas pilleurs"

Dernière mise à jour le lundi 23 novembre 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 17 novembre 2015
Visualiser l’article original


Que pensez-vous de cette interdiction de pêche et de la réduction du nombre de captures ?
Le bar, c’est 100 % de mon chiffre d’affaires. On ne peut pas nous empêcher de travailler. On peut interdire pendant la période de reproduction, en février-mars, mais sur six mois, c’est énorme ! On ne travaille que d’avril à octobre. Comment s’en sortir ? Les mois d’avril à juillet sont les plus favorables pour notre technique de pêche. Nous pêchons le bar sous le bateau, à la ligne ou la canne à pêche. Ils veulent limiter à 1 t par mois ; je suis à 2 t ou 3 t par mois dans les meilleurs mois. Les poissons passent, on les prend un par un, ceux qui font moins de 42 cm, on les remet à l’eau.

Avez-vous constaté une baisse de la ressource ?
En cinq ans d’activité, il y a beaucoup moins de bars. En 50 ans, il y a eu une diminution très rapide. On l’a signalé à Ifremer qui nous indique que le poisson peut être ailleurs. Cela serait dû aux changements climatiques, à la nourriture... Beaucoup de choses sont prises en compte. Nous travaillons dans les endroits stratégiques où le poisson se nourrit. Mais, au bout d’un an, on voit qu’il n’est plus là. L’espèce bouge et cherche sa nourriture, en petits ou grands bancs. On ne peut pas dire qu’il y en a plus, ce n’est pas vrai. On en débarque encore beaucoup. Dans certaines zones, il est inexistant. Il y a encore quelques spots comme le Raz de Sein ou Armen mais nous sommes obligés de prendre quantité de risques pour aller le chercher.

Qu’est-ce que cela va changer dans votre quotidien ?
S’ils mettent en place ce moratoire, il n’y aura plus de ligneur.

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP