18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation
Accueil > Actualités de la mer > Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne

Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne

Dernière mise à jour le lundi 12 février 2018

Article paru sur le site "Ouest-France :"
- 09 2018
Visualiser l’article original


L’Europe a voté de nouvelles restrictions pour la pêche au bar, mais très différentes entre le nord et le sud de la Bretagne, au grand dam des pêcheurs plaisanciers, qui s’organisent.

La polémique
L’Europe a voté de nouvelles restrictions pour la pêche au bar, mais très différentes entre le nord et le sud de la Bretagne, au grand dam des pêcheurs plaisanciers, qui s’organisent.

La polémique

Le 23 janvier, le Conseil européen a réglementé la pêche aux bars, pour 2018. Au-dessus du 48e parallèle (tout ce qui se situe au nord du Raz de Sein), les professionnels n’ont pas le droit de pêcher en février et mars, période de reproduction de l’espèce.

En dehors de ces deux mois, des quotas ont été institués.

Mais pour les plaisanciers, c’est zéro poisson, toute l’année. « Les scientifiques alertent depuis de nombreuses années sur le stock qui s’effondre. », déclare la Délégation à la mer et au littoral de Saint-Malo, qui met en oeuvre la réglementation de la pêche maritime.

Massacres sur les frayères

Les plaisanciers pourront toujours pêcher ce poisson, mais en le rejetant à la mer, en pratiquant le « no kill ». Autant dire que pas mal d’entre eux vont lâcher la canne à pêche, s’ils ne peuvent pas cuisiner leur poisson fétiche.

« Nous payons pour les tonnes et les tonnes de bars pêchés par les chaluts sur les frayères », commente un plaisancier.

Par contre les pêcheurs au sud du 48e parallèle (dans le Golfe de Gascogne) ont le droit, eux, à trois bars par jour. « Et les pêcheries industrielles continuent leurs massacres au large, sur les zones de frayères, là ou les poissons se reproduisent », souligne Florent Urien, de la société nautique Nautilots à Saint-Malo, qui défend aussi l’importante activité économique liée à cette pêche. Il estime que 300 000 € de son chiffre d’affaires sont liés à la pêche au bar, par la vente, la réparation de bateaux, l’accastillage, la vente de matériels... « Pour ces chalutiers, la pêche est facile, poursuit-il. C’est le seul moment de l’année où les bars se regroupent. La ressource en prend un coup chaque année. »

141 tonnes en une semaine

En Manche, elle est interdite mais les prises « accessoires » sont autorisées, avec des restrictions : 100 kg par mois ou 1 % du poids total de la pêche pour une journée. La semaine dernière, 500 kg ont ainsi été vendus en criée dans le nord, contre 141 tonnes dans le sud (France AgriMer qui recense les ventes déclarées en criées du bar).

« Et comme les chalutiers ne peuvent plus pêcher en Manche, ils se reportent dans l’Atlantique », précise Louis Bunouf, vice-président d’Asurio, une association de pêcheurs-plaisanciers de 118 adhérents, à Saint-Malo. Certains reconnaissant qu’il y a eu des abus

« Cette pêche est de loisir, mais ils sont plusieurs milliers à la pratiquer, indique le service de la DDTM. C’est en période de crise que l’on trouve des solutions. Et on sent bien que les fédérations de pêcheurs plaisanciers commencent à s’organiser. Cela pourrait passer par la pose de bagues, la tenue de carnets de pêche... mais il faut travailler avec les services de l’État. »

…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP