12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > Criées bretonnes. Des efforts payés de retour

Criées bretonnes. Des efforts payés de retour

Dernière mise à jour le jeudi 15 février 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 14 Février 2018
Visualiser l’article original


Malgré un tassement des débarquements de poisson l’an dernier, les criées de Lorient et du Guilvinec tiennent la dragée haute à Boulogne, en chiffre d’affaires. Les petites halles à marée, comme Quiberon, s’en sortent aussi plutôt bien.

1. Lorient devance Boulogne en valeur. Si le port boulonnais remporte la mise en volume de poisson débarqué (33.600 tonnes contre 26.200 tonnes), la criée de Lorient s’affiche à la première place, en chiffre d’affaires, dans le classement des halles à marée françaises. Et pourtant, 2017 n’a pas été une grande année pour Keroman. Des arrêts techniques et des débarquements dans des ports plus au sud expliquent un tassement des apports (-2,47 %), ainsi qu’une baisse du chiffre d’affaires. L’augmentation du prix de la langoustine et du merlu, les deux espèces phares de Lorient, ne compense pas totalement la réduction des volumes traités.

2. Deuxième, le Guilvinec conforte son rôle de leader en Cornouaille. Grâce à un bon prix moyen du poisson (4,10 €, +2,24 %), le chiffre d’affaires de la criée guilviniste est stabilisé. Il se situe d’ailleurs en deuxième position derrière Lorient et devant Boulogne. Pour autant, la CCI, gestionnaire des ports cornouaillais, est préoccupée par les risques de réduction de la flottille. Si Le Guilvinec tend à concentrer la pêche hauturière avec 34 unités (au détriment de Concarneau), le nombre de côtiers devrait y baisser, cette année.

3. Quiberon poursuit sa progression. Alexandre Lebrun, le directeur de la criée municipale, voit ses efforts et ceux des pêcheurs payés de retour. En optant pour l’excellence dans la traçabilité, pour le poisson vivant et pour la pêche Ikejime (technique japonaise qui préserve la qualité), les Quiberonnais poursuivent leur progression amorcée en 2015, en tonnage et en valeur. Les ventes à distance intéressent une clientèle haut de gamme qui, sachant qu’un poisson a été « pêché par Manu non loin d’Hoëdic », peut demander à se faire livrer le bar vivant jusqu’en Savoie ! Les prix suivent inévitablement pour les plus belles espèces.

4. Moins de saint-Jacques et plus des céphalopodes dans les Côtes-d’Armor.

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/economie/criees-bretonnes-des-efforts-payes-de-retour-14-02-2018-11850920.php#4mJ1egttMPeU5f7J.99
…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP