21 juillet : Les députés inscrivent la préservation des mers et des océans dans la Constitution19 juillet : Pêche : un premier navire immobilisé grâce aux nouvelles normes de travail18 juillet : Mer d’Arabie. Une inquiétante « zone morte » ne cesse de s’étendre 17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?
Accueil > Actualités de la mer > Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !

Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !

Dernière mise à jour le samedi 30 décembre 2017

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 29 Décembre 2017
Visualiser l’article original


Tu parles d’un cadeau de Noël ! Au nord du Raz de Sein, les pêcheurs de bars ne seront plus autorisés à garder leur proie en 2018. Dans deux jours, ils devront relâcher leur poisson en pratiquant systématiquement le « no kill ». Terminé le bar cuisiné au retour de pêche !

La décision européenne a créé un véritable tsunami auprès des pêcheurs plaisanciers et des passionnés de pêche au bar, la plus noble espèce à la pointe bretonne. L’Europe se dit soucieuse de préserver la ressource.
Alors, afin de protéger une espèce en diminution régulière le long de nos côtes, les pêcheurs plaisanciers ne sont plus autorisés à prélever leur proie en Manche.
Le coup de bar

L’année dernière, ils pouvaient encore prélever un poisson par jour et par pêcheur, du 1e r juillet au 31 décembre. Aujourd’hui, les pêcheurs de bar doivent relâcher 100 % de leurs prises. Il faut dire que l’entonnoir n’a cessé de se réduire depuis cinq ans.
Les captures autorisées sont passées de cinq puis trois, puis une et zéro cette année, au-dessus du Raz de Sein.
La pilule est des plus amères pour les pêcheurs plaisanciers, d’accord de faire des efforts, mais littéralement écoeurés par les pêcheries industrielles qui continuent leurs massacres au large, sur les zones de frayères.

« Les plaisanciers ont été les premiers à vouloir faire des efforts pour préserver la ressource et voilà comment on les remercie », constate, avec amertume, Gireg Goubil du magasin spécialisé Alcédo du Relecq-Kerhuon.
Seulement 20 % de ma clientèle relâche une partie de son poisson (pratique le « no kill »), c’est dire si cette décision va en décourager plus d’un.
On ne compte plus les magasins qui ferment les uns après les autres sur la côte nord de la Bretagne et de la Normandie (lire ci-dessous) ».
Même les adeptes du « no kill » vont devoir abandonner l’idée de garder leur plus belle pièce de la journée.
Autant dire qu’un certain nombre de plaisanciers vont lâcher l’affaire, s’ils ne peuvent ni cuisiner ni montrer leurs plus beaux poissons.
Deux poids et deux mesures

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP