15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous
Accueil > Actualités de la mer > Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !

Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !

Dernière mise à jour le samedi 30 décembre 2017

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 29 Décembre 2017
Visualiser l’article original


Tu parles d’un cadeau de Noël ! Au nord du Raz de Sein, les pêcheurs de bars ne seront plus autorisés à garder leur proie en 2018. Dans deux jours, ils devront relâcher leur poisson en pratiquant systématiquement le « no kill ». Terminé le bar cuisiné au retour de pêche !

La décision européenne a créé un véritable tsunami auprès des pêcheurs plaisanciers et des passionnés de pêche au bar, la plus noble espèce à la pointe bretonne. L’Europe se dit soucieuse de préserver la ressource.
Alors, afin de protéger une espèce en diminution régulière le long de nos côtes, les pêcheurs plaisanciers ne sont plus autorisés à prélever leur proie en Manche.
Le coup de bar

L’année dernière, ils pouvaient encore prélever un poisson par jour et par pêcheur, du 1e r juillet au 31 décembre. Aujourd’hui, les pêcheurs de bar doivent relâcher 100 % de leurs prises. Il faut dire que l’entonnoir n’a cessé de se réduire depuis cinq ans.
Les captures autorisées sont passées de cinq puis trois, puis une et zéro cette année, au-dessus du Raz de Sein.
La pilule est des plus amères pour les pêcheurs plaisanciers, d’accord de faire des efforts, mais littéralement écoeurés par les pêcheries industrielles qui continuent leurs massacres au large, sur les zones de frayères.

« Les plaisanciers ont été les premiers à vouloir faire des efforts pour préserver la ressource et voilà comment on les remercie », constate, avec amertume, Gireg Goubil du magasin spécialisé Alcédo du Relecq-Kerhuon.
Seulement 20 % de ma clientèle relâche une partie de son poisson (pratique le « no kill »), c’est dire si cette décision va en décourager plus d’un.
On ne compte plus les magasins qui ferment les uns après les autres sur la côte nord de la Bretagne et de la Normandie (lire ci-dessous) ».
Même les adeptes du « no kill » vont devoir abandonner l’idée de garder leur plus belle pièce de la journée.
Autant dire qu’un certain nombre de plaisanciers vont lâcher l’affaire, s’ils ne peuvent ni cuisiner ni montrer leurs plus beaux poissons.
Deux poids et deux mesures

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP