13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > Pêche au gros. « Perfection ou punition »

Pêche au gros. « Perfection ou punition »

Dernière mise à jour le samedi 1er septembre 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 26 Août 2018
Visualiser l’article original


« C’est une expérience unique à partager », confirme Gireg Goubil, du magasin Alcédo, du Relecq-Kerhuon. « C’est un combat à remporter collectivement contre un poisson qui a souvent le dernier mot. Il faut être bien préparé et bien équipé. C’est la perfection du moment ou la punition, avec un risque réel de blessure, avec des poissons de cette taille ». « On ne s’improvise vraiment pas pêcheur de thon rouge », complète Clément Herremans, du magasin Alré pêche, à Brest. En plus du bateau, il faut s’appuyer sur un matériel adapté (une canne en fibre de carbone renforcée) et accompagner la fuite du poisson au moteur durant les premières minutes. « Pour s’attaquer aux plus belles pièces (entre 100 et plus de 200 kg en mer d’Iroise) il faut au moins être trois à bord. Au moins deux à se relayer à la canne et un troisième aux commandes du bateau pour suivre l’évolution du poisson qui a mordu. La moindre erreur et c’est le fil (jusqu’à 300 € la bobine de 600 m !) ou la canne (jusqu’à 1 000 € pour les modèles les plus pointus) qui cassent.
Un investissement conséquent
Dans le cas où le combat tourne en faveur des pêcheurs, il faut réussir à hisser le thon sur le pont si l’on ne pratique pas le « no kill ». Et veillez à ce que le poisson ne soit plus vivant, au risque de subir de gros dégâts dans le bateau. Puis il faut réussir à le transporter une fois arrivé au port jusqu’à son véhicule, et avoir les bons couteaux pour découper la bête… Pour s’équiper, il faut compter un investissement minimum de 600 à 700 € (1 500 € pour tourner avec un équipement vraiment éprouvé), sans compter un bateau bien motorisé avec un pont adapté en cas de retour du poisson jusqu’au port. À terre, il faut prévoir le bon moyen de transport et les couteaux qui vont bien pour découper les steaks. Les congélateurs et les copains dispos le soir Photo même pour la distribution !
Criée de Brest. Entre 12 et 19 € le kilo de thon rouge

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP