23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Pêche au gros. « Perfection ou punition »

Pêche au gros. « Perfection ou punition »

Dernière mise à jour le samedi 1er septembre 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 26 Août 2018
Visualiser l’article original


« C’est une expérience unique à partager », confirme Gireg Goubil, du magasin Alcédo, du Relecq-Kerhuon. « C’est un combat à remporter collectivement contre un poisson qui a souvent le dernier mot. Il faut être bien préparé et bien équipé. C’est la perfection du moment ou la punition, avec un risque réel de blessure, avec des poissons de cette taille ». « On ne s’improvise vraiment pas pêcheur de thon rouge », complète Clément Herremans, du magasin Alré pêche, à Brest. En plus du bateau, il faut s’appuyer sur un matériel adapté (une canne en fibre de carbone renforcée) et accompagner la fuite du poisson au moteur durant les premières minutes. « Pour s’attaquer aux plus belles pièces (entre 100 et plus de 200 kg en mer d’Iroise) il faut au moins être trois à bord. Au moins deux à se relayer à la canne et un troisième aux commandes du bateau pour suivre l’évolution du poisson qui a mordu. La moindre erreur et c’est le fil (jusqu’à 300 € la bobine de 600 m !) ou la canne (jusqu’à 1 000 € pour les modèles les plus pointus) qui cassent.
Un investissement conséquent
Dans le cas où le combat tourne en faveur des pêcheurs, il faut réussir à hisser le thon sur le pont si l’on ne pratique pas le « no kill ». Et veillez à ce que le poisson ne soit plus vivant, au risque de subir de gros dégâts dans le bateau. Puis il faut réussir à le transporter une fois arrivé au port jusqu’à son véhicule, et avoir les bons couteaux pour découper la bête… Pour s’équiper, il faut compter un investissement minimum de 600 à 700 € (1 500 € pour tourner avec un équipement vraiment éprouvé), sans compter un bateau bien motorisé avec un pont adapté en cas de retour du poisson jusqu’au port. À terre, il faut prévoir le bon moyen de transport et les couteaux qui vont bien pour découper les steaks. Les congélateurs et les copains dispos le soir Photo même pour la distribution !
Criée de Brest. Entre 12 et 19 € le kilo de thon rouge

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP