13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie
Accueil > Actualités de la mer > Pêche au large. Profonde inquiétude des patrons

Pêche au large. Profonde inquiétude des patrons

Dernière mise à jour le vendredi 16 mai 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 14 Mai 2014
Visualiser l’article original



Situation de plus en plus compliquée pour les pêcheurs bigoudens. Les cours de la lotte sont au plus bas. « Les efforts fournis ne paient pas », estime Thierry Gigue, de Pêcheurs de Bretagne.
Profond spleen chez les patrons et les marins de la pêche au large. Les cours sont au plus bas et la colère monte. Lundi, une douzaine de marins se sont réunis à Pêcheurs de Bretagne au Guilvinec. Si les termes « prix plancher » et « invendus » ont été rayés du vocabulaire administratif et financier, l’organisation professionnelle qui intervient, en quelque sorte, comme une assurance en se substituant aux mareyeurs sur les stocks non vendus, analyse la situation qui ne date pas de lundi.

« L’abondance ne se traduit pas sur l’économie »

Du côté des Affaires maritimes, la « mauvaise ambiance générale » et les « problèmes de valorisation » sont reconnus. Chez Pêcheurs de Bretagne, on reconnaît « des conditions de marché très difficile depuis le début de l’année » et une série de soucis sur les cours, y compris de la pêche côtière. « Hier matin, la lotte est restée sur le carreau et nous avons fait appel aux mareyeurs pour acheter des lots ». Thierry Gigue, de Pêcheurs de Bretagne, rappelait hier les raisons de la colère : « Les pêcheurs ont fait des efforts pour préserver la ressource. Le nombre des bateaux a diminué. La ressource est là mais l’abondance ne se traduit pas par des retombées économiques ».

« La conjoncture européenne n’est pas mirobolante »

« Les efforts fournis ne paient pas. Dans l’équation économique, il y a le volume mais il y a aussi le prix et les conditions du marché. Ce paramètre n’est pas résolu », explique Thierry Gigue. « Les tempêtes successives du début d’année, sans ou presque pas d’apport, ont généré une réduction des effectifs chez les mareyeurs. Quand arrivent des gros volumes à traiter comme actuellement, il faut des bras et traiter 120 tonnes, comme chacun des jours derniers, c’est compliqué... Cela veut dire non seulement de la main-d’oeuvre, mais aussi une capacité de stockage et une logistique générale notamment en transport dont certaines destinations sont grippées ». Quant à l’export, il devait relever des problèmes de fiabilité de la signature de grossistes d’Europe du Pêche au large.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP