25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans
Accueil > Actualités de la mer > Pêche au large. Profonde inquiétude des patrons

Pêche au large. Profonde inquiétude des patrons

Dernière mise à jour le vendredi 16 mai 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 14 Mai 2014
Visualiser l’article original



Situation de plus en plus compliquée pour les pêcheurs bigoudens. Les cours de la lotte sont au plus bas. « Les efforts fournis ne paient pas », estime Thierry Gigue, de Pêcheurs de Bretagne.
Profond spleen chez les patrons et les marins de la pêche au large. Les cours sont au plus bas et la colère monte. Lundi, une douzaine de marins se sont réunis à Pêcheurs de Bretagne au Guilvinec. Si les termes « prix plancher » et « invendus » ont été rayés du vocabulaire administratif et financier, l’organisation professionnelle qui intervient, en quelque sorte, comme une assurance en se substituant aux mareyeurs sur les stocks non vendus, analyse la situation qui ne date pas de lundi.

« L’abondance ne se traduit pas sur l’économie »

Du côté des Affaires maritimes, la « mauvaise ambiance générale » et les « problèmes de valorisation » sont reconnus. Chez Pêcheurs de Bretagne, on reconnaît « des conditions de marché très difficile depuis le début de l’année » et une série de soucis sur les cours, y compris de la pêche côtière. « Hier matin, la lotte est restée sur le carreau et nous avons fait appel aux mareyeurs pour acheter des lots ». Thierry Gigue, de Pêcheurs de Bretagne, rappelait hier les raisons de la colère : « Les pêcheurs ont fait des efforts pour préserver la ressource. Le nombre des bateaux a diminué. La ressource est là mais l’abondance ne se traduit pas par des retombées économiques ».

« La conjoncture européenne n’est pas mirobolante »

« Les efforts fournis ne paient pas. Dans l’équation économique, il y a le volume mais il y a aussi le prix et les conditions du marché. Ce paramètre n’est pas résolu », explique Thierry Gigue. « Les tempêtes successives du début d’année, sans ou presque pas d’apport, ont généré une réduction des effectifs chez les mareyeurs. Quand arrivent des gros volumes à traiter comme actuellement, il faut des bras et traiter 120 tonnes, comme chacun des jours derniers, c’est compliqué... Cela veut dire non seulement de la main-d’oeuvre, mais aussi une capacité de stockage et une logistique générale notamment en transport dont certaines destinations sont grippées ». Quant à l’export, il devait relever des problèmes de fiabilité de la signature de grossistes d’Europe du Pêche au large.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP