22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Pêche aux coquillages. Interdiction levée par endroits

Pêche aux coquillages. Interdiction levée par endroits

Dernière mise à jour le lundi 17 août 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 07 Août 2015
Visualiser l’article original


Les coquillages, comme les moules, les palourdes ou les coquilles Saint-Jacques filtrent l’eau pour se nourrir de phytoplancton. Mais certaines de ces micro-algues produisent des toxines qui peuvent avoir des effets délétères sur l’organisme des humains qui mangent des coquillages contaminés. Cela va de la diarrhée, pour les toxines lipophiles du dinophysis, à des picotements voire de la paralysie pour les toxines paralysantes de l’alexandrium et enfin des symptômes digestifs puis neurologiques (confusion, perte de mémoire) pour les toxines amnésiantes du pseudo-nitzschia. Un seul coquillage peut rendre malade et les toxines ne sont pas détruites par la chaleur. Le dinophysis très discret cet été La teneur en toxines de l’eau de mer et des coquillages est très surveillée par Ifremer, qui ferme certains secteurs à la pêche, qu’elle soit récréative ou professionnelle. « Je n’ai jamais vu cela encore, mais le dinophysis est particulièrement discret cet été, notamment dans le sud-Finistère », dit Dominique Le Gal de la station Ifremer de Concarneau

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP