20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Pêche durable. Roellinger met les cuisiniers sur la voie

Pêche durable. Roellinger met les cuisiniers sur la voie

Dernière mise à jour le lundi 31 mars 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 30 mars 2014
Visualiser l’article original



« On n’est pas obligé de tous proposer du tartare de bar, on peut aussi en faire avec du chinchard », assure le chef breton Olivier Roellinger, qui a donné son nom à un concours unique destiné à orienter les cuisiniers vers la pêche durable.
« Nous demandons aux candidats non seulement d’être bons techniquement mais aussi d’avoir une démarche de citoyens », résume le restaurateur basé à Cancale (35). Pour Olivier Roellinger « la mer est le garde-manger de l’humanité, préserver ses ressources est une priorité ». De nombreuses espèces sont surexploitées. Pourtant, d’autres sont moins demandées, voire écartées des menus, alors qu’elles ont des qualités gustatives. « Les Japonais considèrent le chinchard comme le meilleur poisson cru, alors que nous le dédaignons », insiste Olivier Roellinger.

Le cabillaud victime de son succès

Emballé par ce concours, mis sur pied par l’organisation non gouvernementale SeaWeb, Olivier Roellinger a accepté de lui donner son nom. En 2009, il avait obtenu que les quelque 500 chefs du réseau international Relais et Châteaux adopte une charte en faveur de la pêche durable, excluant notamment le thon rouge. Pour éviter que des espèces disparaissent - comme cela a été le cas du cabillaud au large du Canada - le chef breton est convaincu du rôle déterminant des professionnels, « très prescripteurs en matière de produits de la mer car 50 % du poisson est consommé hors foyer ». Parallèlement, les Français mettent toujours plus de poisson dans leurs assiettes : de 20 kg dans les années 60, la consommation annuelle est passée à 34 kg aujourd’hui. Et, poursuit l’ex-trois étoiles au guide Michelin, les goûts ne sont pas figés. La preuve : « Il y a une vingtaine d’années, Joël Robuchon a mis en avant le cabillaud et l’a fait entrer dans la cour des grands, comme la sole ou le turbot », raconte-t-il. Si bien qu’aujourd’hui, le cabillaud est victime de son succès et la plupart des stocks sont surexploités. « Le lieu jaune est tout aussi savoureux », rebondit Olivier Roellinger, également grand défenseur du maquereau, « un poisson délicieux sous toutes les formes : cru, grillé, au four, entier ou en filet ».

Dix élèves cuisiniers en lice à Dinard

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP