13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick (...)

Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot

Dernière mise à jour le jeudi 18 janvier 2018

Article paru sur le site " :"
- 00 Janvier 2018
Visualiser l’article original


Yannick Jadot se félicite du vote du Parlement européen qui vise à interdire la pêche électrique. L’eurodéputé écologiste pointe néanmoins la « faillite de la commission européenne » qu’il accuse « d’être tomée du côté obscur des lobbies ». Les eurodéputés vont maintenant devoir trouver un accord sur le texte de loi définitif avec le Conseil européen, sous l’égide de la Commission.

402 voix pour, 232 contre et 40 abstentions. Les eurodéputés ont voté, aujourd’hui, en faveur de l’interdiction de la pêche électrique. Interdite depuis 1998 dans l’Union européenne, la pêche électrique avait été autorisée, à titre expérimental en 2007. 5 % des chalutiers à perche d’un pays pouvaient ainsi être équipés. En novembre dernier, la Commission s’était prononcé en faveur de l’élargissement de la technique, alors même que les Pays-Bas, plus gros pays pourvoyeur de chalutiers à perche, dépassaient déjà largement le quota avec 28 % de sa flotte équipée.

Entretien avec Yannick Jadot, eurodéputé Europe Écologie Les Verts.

On vous imagine satisfait de cette décision ?

Je suis très heureux de ce vote parce que ce n’était pas gagné. Le sujet n’existait pas, ou très peu, au niveau européen. Il a fallu la mobilisation des associations, des pêcheurs, des scientifiques, de la grande distribution, des chefs cuisiniers, et des parlementaires européens.

L’ampleur du vote en faveur de l’interdiction est même supérieure aux attentes ?

On a fonctionné dans le flou au début. Beaucoup de parlementaires ne connaissaient pas le sujet. Il a fallu expliquer comment les 5 % scientifiques n’avaient rien de scientifique, comment ils étaient déjà passés à 28 % pour la pêche néerlandaise, comment il n’y avait même aucun protocole de recherche, comment cela dévastait les fonds marins, comment les pêcheurs artisans étaient directement affectés...

Que va-t-il se passer maintenant ?

Il va falloir négocier avec le Conseil européen, qui était plutôt sur le statu quo. La France, très passive dans le débat public sur ce dossier, va devoir monter au créneau au sein du Conseil. La commission européenne, en faveur de la pêche électrique, va être obligée de revoir son jugement.

Vous avez justement vivement chargé la Commission lundi…

Elle nous a menti. Menti sur le fondement scientifique de la pêche électrique. Elle a failli sur le contrôle des dérogations, à la fois sur leur caractère scientifique et sur leur nombre. La commission qui s’était embourbée dans le dossier va devoir faire volte-face pour qu’elle soit elle-même en cohérence avec la politique commune des pêches.

Comment expliquer que la flotte néerlandaise compte plus de 5 fois la limite autorisée par pays de chalutiers à perche électrique ?

C’est la faillite d’un système : la commission a commencé à se prendre les pieds dans le tapis en accordant ces dérogations et en faisant croire que ses conseillers scientifiques validaient cette démarche. Ce qui n’a jamais été le cas. Le vrai objectif était de sauver la pêche néerlandaise de chalutage à perche, pas la recherche scientifique.

Le Parlement, le Conseil et la Commission doivent maintenant se mettre d’accord...

C’est un processus qui peut être long, sur la pêche en eau profonde, cela avait pris trois ans. Là, au regard de l’urgence, il faudrait que se soit bouclé dans les six mois qui viennent.

L’interdiction votée par le parlement n’est pas contraignante ?

Pour l’instant, il n’y a pas de décision européenne. Pour les pêcheurs, il n’y a rien de concret.

En attendant, rien n’empêche la flotte néerlandaise, déjà au-dessus des quotas, de continuer à utiliser de l’électricité…

Pendant la période des discussions, on va demander des comptes à la Commission européenne. Sur la décision de dérogation pour autoriser les bateaux électriques, comme sur le suivi des dérogations, la commission doit s’expliquer, ce qu’elle n’a toujours pas fait. Il faut immédiatement qu’on puisse faire sauter toutes les autorisations accordées de manière laxiste. La première étape, dans les plus brefs délais est de ramener la proportion de dérogation à 5 %, avant d’obtenir la fin de toutes les dérogations, et donc l’interdiction de la pêche électrique sous six mois.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP