13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie
Accueil > Actualités de la mer > Pêche en Bretagne. Un lent déclin

Pêche en Bretagne. Un lent déclin

Dernière mise à jour le mercredi 5 février 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 04 Février 2014
Visualiser l’article original



Le 4 février 1994, les rues de Rennes étaient envahies par des centaines de marins-pêcheurs frappés par la crise. Une colère restée vaine, car la crise a perduré. Vingt ans plus tard, la flottille a ainsi perdu un tiers de ses effectifs, et les apports ont chuté de 16 %.

La pêche bretonne, qui reste un des fleurons de l’économie régionale (1), a sérieusement pris du plomb dans l’aile, en vingt ans. Au 1er janvier 2012, il ne restait plus que 1.356 navires, armés par 5.210 marins-pêcheurs. Contre 1.999 bateaux en 1994, sur lesquels embarquaient 6.421 hommes d’équipage.

Cette régression est intervenue juste après une période (1983-1994) de réduction vertigineuse du nombre de kilowatts (2). En onze ans, le nombre d’unités avait été réduit de 45 %. La principale saignée ayant été initiée dans le cadre du plan Mellick, du nom du ministre de la Mer qui, à la demande de l’UE, avait conduit ces nombreuses sorties de flotte.

Depuis, l’augmentation du carburant, conjuguée à une baisse de la ressource sur certaines espèces, n’a cessé de fragiliser l’équilibre des armements. Autre problème, et non des moindres, la flottille, dans son ensemble, a vieilli. Cette absence de renouvellement des navires explique, en partie, le manque d’intérêt et d’attractivité des jeunes pour le métier. Résultat : entre 1994 et 2013, les tonnages des ventes sous criée ont fondu comme neige au soleil. Passant de 124.000 tonnes à 98.254. En valeur, en revanche, on note une progression de 1 %. Pour la Cour des Comptes, qui s’est penchée sur la question, ce chiffre ne traduit pas la réalité. L’inflation, sur la même période, s’élevant à 36 %.

Le sud plus touché que le nord

La crise, qui perdure, a surtout affecté les ports du Sud-Bretagne. Et particulièrement les armements industriels et hauturiers qui exploitaient des bateaux de 25 à 38 m. Les criées de Lorient (56) et Concarneau (29) ont ainsi vu leurs tonnages chuter de, respectivement, 50 et 70 %, et de 13 et 60 % leur chiffre d’affaires. Pour Concarneau, qui a longtemps occupé la troisième marche du podium des ports français, aucune embellie en vue : la criée a continué à dévisser l’an dernier (- 5,38 % en valeur et - 7,67 % en tonnage), et cette tendance devrait perdurer.

Des outils « surdimensionnés »

Même constat, à quelques kilomètres de là, sur les quais de Loctudy (29). Là, au milieu des années 1990, l’activité était très soutenue : plus de 11.000 tonnes trouvaient acquéreur, chaque année, sous criée. En 2011, seules 3.195 tonnes y ont été vendues. La flotte hauturière, qui comprenait 40 unités, ne compte plus que cinq bateaux ! L’an dernier, la Cour des Comptes faisait le constat que l’outil portuaire était devenu « surdimensionné ».

Sur la côte nord, la situation est loin d’être aussi dramatique. Depuis quelques années, et malgré quelques baisses ponctuelles, les ports d’Erquy (22), Saint-Quay-Portrieux (22) et Roscoff (29), affichent une insolente santé.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP