20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Pêche en mer. 530 M€ au bout de la ligne

Pêche en mer. 530 M€ au bout de la ligne

Dernière mise à jour le mercredi 6 novembre 2013

Article paru
sur le site "LeTélégramme" - 02 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Des hommes actifs.
Les pêcheurs « récréatifs » sont des hommes à 73 %, plus de la moitié ayant entre 40 et 65 ans, 11 % plus de 65 ans et 13 % de 15 à 25 ans.

Trois heures en moyenne.
La durée moyenne de pêche est de trois heures, qu’elle soit pratiquée à bord d’un bateau ou du bord de mer. En bateau, il faut ajouter une durée de navigation d’une heure. Dans les deux cas, il faut prendre en compte le temps de trajet en voiture pour se rendre sur le lieu de pêche, en général distant de 25 km du domicile.

Dans la ligne.
La canne avec appât (près de la moitié des pêcheurs) ou au leurre (le quart) et encore plus la ligne (de traîne ou à main) sont les engins permettant la capture du plus grand nombre de prises (entre cinq et sept par sortie). Les utilisateurs de filets (6 %) et de palangres (2 %), eux, font un peu plus de deux prises par journée. Quant aux pêcheurs sous-marins avec fusil harpon, ils approchent les trois prises.

Le bateau plus « performant ».
Sept prises sont réalisées, en moyenne, quand on pêche en bateau contre un peu moins de trois du bord. Sur une embarcation, la pêche à la ligne et à la canne avec leurre sont prédominantes (deux tiers des pratiques). En revanche, du bord, le pêcheur privilégie la pêche à la canne avec leurre ou appât vivant.

L’expérience paye.
Les pêcheurs réguliers (entre quatre et quinze sorties par an) ou très réguliers (plus de quinze) capturent, en moyenne, deux fois plus de poissons par sortie que les pêcheurs occasionnels (moins de trois sorties annuelles).

Des pêcheurs « responsables ».
Environ 20 % des prises sont remises à l’eau, dont 29 % des captures du bord, et 15 % des captures en bateau ; proportion qui tombe à 5 % pour les prises au filet et remonte à 18 % pour la pêche à la palangre. À noter que les pêcheurs sous marins conservent la totalité de leurs prises. Pour les espèces principales, notamment le bar et le lieu, la taille des poissons qui sont gardés est largement supérieure à la taille minimale légale de capture.

Le bar devant le lieu jaune.
Le bar est l’espèce la plus capturée, avec 3.989 tonnes, suivie du lieu jaune (3.301 tonnes) et les maquereaux (2.775 tonnes), espèce la plus pêchée en nombre. Les captures de seiches, merlans et dorades, elles, sont estimées entre 1.000 et 2.000 tonnes.

146 € en moyenne par an.
La pêche récréative en mer représente un poids économique non négligeable

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP