20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Pêche en mer. 530 M€ au bout de la ligne

Pêche en mer. 530 M€ au bout de la ligne

Dernière mise à jour le mercredi 6 novembre 2013

Article paru
sur le site "LeTélégramme" - 02 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Des hommes actifs.
Les pêcheurs « récréatifs » sont des hommes à 73 %, plus de la moitié ayant entre 40 et 65 ans, 11 % plus de 65 ans et 13 % de 15 à 25 ans.

Trois heures en moyenne.
La durée moyenne de pêche est de trois heures, qu’elle soit pratiquée à bord d’un bateau ou du bord de mer. En bateau, il faut ajouter une durée de navigation d’une heure. Dans les deux cas, il faut prendre en compte le temps de trajet en voiture pour se rendre sur le lieu de pêche, en général distant de 25 km du domicile.

Dans la ligne.
La canne avec appât (près de la moitié des pêcheurs) ou au leurre (le quart) et encore plus la ligne (de traîne ou à main) sont les engins permettant la capture du plus grand nombre de prises (entre cinq et sept par sortie). Les utilisateurs de filets (6 %) et de palangres (2 %), eux, font un peu plus de deux prises par journée. Quant aux pêcheurs sous-marins avec fusil harpon, ils approchent les trois prises.

Le bateau plus « performant ».
Sept prises sont réalisées, en moyenne, quand on pêche en bateau contre un peu moins de trois du bord. Sur une embarcation, la pêche à la ligne et à la canne avec leurre sont prédominantes (deux tiers des pratiques). En revanche, du bord, le pêcheur privilégie la pêche à la canne avec leurre ou appât vivant.

L’expérience paye.
Les pêcheurs réguliers (entre quatre et quinze sorties par an) ou très réguliers (plus de quinze) capturent, en moyenne, deux fois plus de poissons par sortie que les pêcheurs occasionnels (moins de trois sorties annuelles).

Des pêcheurs « responsables ».
Environ 20 % des prises sont remises à l’eau, dont 29 % des captures du bord, et 15 % des captures en bateau ; proportion qui tombe à 5 % pour les prises au filet et remonte à 18 % pour la pêche à la palangre. À noter que les pêcheurs sous marins conservent la totalité de leurs prises. Pour les espèces principales, notamment le bar et le lieu, la taille des poissons qui sont gardés est largement supérieure à la taille minimale légale de capture.

Le bar devant le lieu jaune.
Le bar est l’espèce la plus capturée, avec 3.989 tonnes, suivie du lieu jaune (3.301 tonnes) et les maquereaux (2.775 tonnes), espèce la plus pêchée en nombre. Les captures de seiches, merlans et dorades, elles, sont estimées entre 1.000 et 2.000 tonnes.

146 € en moyenne par an.
La pêche récréative en mer représente un poids économique non négligeable

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP