13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Pêche en mer. 530 M€ au bout de la ligne

Pêche en mer. 530 M€ au bout de la ligne

Dernière mise à jour le mercredi 6 novembre 2013

Article paru
sur le site "LeTélégramme" - 02 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Des hommes actifs.
Les pêcheurs « récréatifs » sont des hommes à 73 %, plus de la moitié ayant entre 40 et 65 ans, 11 % plus de 65 ans et 13 % de 15 à 25 ans.

Trois heures en moyenne.
La durée moyenne de pêche est de trois heures, qu’elle soit pratiquée à bord d’un bateau ou du bord de mer. En bateau, il faut ajouter une durée de navigation d’une heure. Dans les deux cas, il faut prendre en compte le temps de trajet en voiture pour se rendre sur le lieu de pêche, en général distant de 25 km du domicile.

Dans la ligne.
La canne avec appât (près de la moitié des pêcheurs) ou au leurre (le quart) et encore plus la ligne (de traîne ou à main) sont les engins permettant la capture du plus grand nombre de prises (entre cinq et sept par sortie). Les utilisateurs de filets (6 %) et de palangres (2 %), eux, font un peu plus de deux prises par journée. Quant aux pêcheurs sous-marins avec fusil harpon, ils approchent les trois prises.

Le bateau plus « performant ».
Sept prises sont réalisées, en moyenne, quand on pêche en bateau contre un peu moins de trois du bord. Sur une embarcation, la pêche à la ligne et à la canne avec leurre sont prédominantes (deux tiers des pratiques). En revanche, du bord, le pêcheur privilégie la pêche à la canne avec leurre ou appât vivant.

L’expérience paye.
Les pêcheurs réguliers (entre quatre et quinze sorties par an) ou très réguliers (plus de quinze) capturent, en moyenne, deux fois plus de poissons par sortie que les pêcheurs occasionnels (moins de trois sorties annuelles).

Des pêcheurs « responsables ».
Environ 20 % des prises sont remises à l’eau, dont 29 % des captures du bord, et 15 % des captures en bateau ; proportion qui tombe à 5 % pour les prises au filet et remonte à 18 % pour la pêche à la palangre. À noter que les pêcheurs sous marins conservent la totalité de leurs prises. Pour les espèces principales, notamment le bar et le lieu, la taille des poissons qui sont gardés est largement supérieure à la taille minimale légale de capture.

Le bar devant le lieu jaune.
Le bar est l’espèce la plus capturée, avec 3.989 tonnes, suivie du lieu jaune (3.301 tonnes) et les maquereaux (2.775 tonnes), espèce la plus pêchée en nombre. Les captures de seiches, merlans et dorades, elles, sont estimées entre 1.000 et 2.000 tonnes.

146 € en moyenne par an.
La pêche récréative en mer représente un poids économique non négligeable

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP