21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine
Accueil > Actualités de la mer > Pêche en mer. 530 M€ au bout de la ligne

Pêche en mer. 530 M€ au bout de la ligne

Dernière mise à jour le mercredi 6 novembre 2013

Article paru
sur le site "LeTélégramme" - 02 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Des hommes actifs.
Les pêcheurs « récréatifs » sont des hommes à 73 %, plus de la moitié ayant entre 40 et 65 ans, 11 % plus de 65 ans et 13 % de 15 à 25 ans.

Trois heures en moyenne.
La durée moyenne de pêche est de trois heures, qu’elle soit pratiquée à bord d’un bateau ou du bord de mer. En bateau, il faut ajouter une durée de navigation d’une heure. Dans les deux cas, il faut prendre en compte le temps de trajet en voiture pour se rendre sur le lieu de pêche, en général distant de 25 km du domicile.

Dans la ligne.
La canne avec appât (près de la moitié des pêcheurs) ou au leurre (le quart) et encore plus la ligne (de traîne ou à main) sont les engins permettant la capture du plus grand nombre de prises (entre cinq et sept par sortie). Les utilisateurs de filets (6 %) et de palangres (2 %), eux, font un peu plus de deux prises par journée. Quant aux pêcheurs sous-marins avec fusil harpon, ils approchent les trois prises.

Le bateau plus « performant ».
Sept prises sont réalisées, en moyenne, quand on pêche en bateau contre un peu moins de trois du bord. Sur une embarcation, la pêche à la ligne et à la canne avec leurre sont prédominantes (deux tiers des pratiques). En revanche, du bord, le pêcheur privilégie la pêche à la canne avec leurre ou appât vivant.

L’expérience paye.
Les pêcheurs réguliers (entre quatre et quinze sorties par an) ou très réguliers (plus de quinze) capturent, en moyenne, deux fois plus de poissons par sortie que les pêcheurs occasionnels (moins de trois sorties annuelles).

Des pêcheurs « responsables ».
Environ 20 % des prises sont remises à l’eau, dont 29 % des captures du bord, et 15 % des captures en bateau ; proportion qui tombe à 5 % pour les prises au filet et remonte à 18 % pour la pêche à la palangre. À noter que les pêcheurs sous marins conservent la totalité de leurs prises. Pour les espèces principales, notamment le bar et le lieu, la taille des poissons qui sont gardés est largement supérieure à la taille minimale légale de capture.

Le bar devant le lieu jaune.
Le bar est l’espèce la plus capturée, avec 3.989 tonnes, suivie du lieu jaune (3.301 tonnes) et les maquereaux (2.775 tonnes), espèce la plus pêchée en nombre. Les captures de seiches, merlans et dorades, elles, sont estimées entre 1.000 et 2.000 tonnes.

146 € en moyenne par an.
La pêche récréative en mer représente un poids économique non négligeable

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP