22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre
Accueil > Actualités de la mer > Pêche illégale. L’UE met la pression sur la Thaïlande

Pêche illégale. L’UE met la pression sur la Thaïlande

Dernière mise à jour le jeudi 23 avril 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 22 Avril 2015
Visualiser l’article original



La Commission européenne a donné hier six mois à la Thaïlande pour lutter contre la pêche illégale, sous peine de sanctions commerciales, alors que le pays, troisième exportateur mondial de produits de la mer, est déjà mis en cause pour travail forcé à bord de sa flotte.
Bruxelles a annoncé avoir décerné un « carton jaune » à ce pays, lançant ainsi une procédure pouvant déboucher sur la fermeture du marché européen aux exportations thaïlandaises de produits de la pêche, en particulier thon et crevette.
Celles-ci ont représenté quelque 642 millions d’euros en 2014. « Un échec de la Thaïlande à prendre des mesures fortes contre la pêche illégale entraînera des conséquences », a mis en garde le commissaire à la Pêche,
Karmenu Vella. Bangkok a six mois pour mettre en place « un plan d’action correctif », proposé par les services européens, selon un communiqué de la Commission.
Cette dernière demande « au minimum la mise en place de mesures de contrôles et surveillance » des activités de pêche, a précisé Karmenu Vella. En l’état, « il n’y a aucun contrôle, aucun effort, et la pêche illégale est totalement libre », alors même que Bruxelles discute depuis 2011 du problème avec ce pays, a-t-il déploré.
Le coup de semonce européen envers cet acteur majeur de la pêche mondiale a été salué par une coalition d’ONG contre la pêche illégale, regroupant Oceana, Pew, WWF et Environmental Justice Foundation (EJF). D’autant que les activités de pêche du pays « impliquent des conditions de travail des plus inhumaines et fondées sur l’exploitation des travailleurs », avec « notamment le recours à des esclaves et à une violence extrême.

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP