19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Pêche illicite : les pêcheurs vent debout contre le permis à point (...)

Pêche illicite : les pêcheurs vent debout contre le permis à point européen

Dernière mise à jour le vendredi 7 février 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 05 Fevrier 2014
Visualiser l’article original



Depuis le 26 janvier, un décret publié au Journal officiel institue un permis de pêche à points. Le capitaine du navire et l’armateur du bateau sont tous deux sanctionnés en cas de pêche illicite. Le comité national des pêches récuse cette double peine.
Publicité

Cinq ans après son instauration par la Commission européenne, le « papier rose » à points de la mer est en vigueur dans les ports français depuis la publication du décret au journal officiel du 26 janvier. Désormais, à chaque infraction grave aux règles de la politique commune les pêcheurs français seront sanctionnés. Ainsi, l’utilisation d’un filet aux mailles trop étroites, le débarquement de poissons trop petits, la pêche de poissons sans le permis adéquat, ou la fréquentation d’une zone de pêche interdite seront pénalisés.

« Le permis à points n’est pas perçu d’un bon œil sur les quais », a commenté le président du comité départemental des pêches du Finistère, Jean-Jacques Tanguy, alors que son homologue des Côtes d’Armor, Alain Coudray, semblait encore plus courroucé. « C’est inacceptable ce permis à points », s’est-il emporté. « Un jour, ça va péter à cause de toutes ces réglementations qui n’en finissent pas ! ». Si le règlement est européen, chaque État membre définit les infractions.

Capitaines de navires et armateurs sont sur le qui-vive. Détenteurs d’une licence communautaire de pêche, ils peuvent désormais lors d’un contrôle se voir attribuer au maximum quatre points de pénalité. En effet, contrairement au permis de conduire pour les voitures, dont le nombre de points diminue à chaque infraction constatée, ce permis pêche se leste à chaque faute, jusqu’à couler à pic lorsque les 90 points sont atteints.
Rattrapage de points tous les deux ans

Dans ce décompte, la France fait preuve d’une relative mansuétude puisqu’il faut plus d’une vingtaine d’infractions pour perdre son permis au terme d’un processus très progressif. Ainsi, à partir de 18 points, la licence est suspendue deux mois puis quatre mois à compter de 36 points.

Néanmoins, le Comité national des pêches souligne que le retrait de la licence est une sanction qui existe déjà. Elle peut d’ailleurs être prononcée dès la première infraction. Comme pour le permis de conduire, des possibilités sont offertes aux contrevenants pour récupérer leurs points après une infraction. Les capitaines de navires peuvent suivre une formation de sensibilisation à la lutte contre la pêche illicite mais ils ne pourront perdre que 4 points tous les deux ans.

Plus insidieux, en cas de vente du bateau les points seront transférés à l’acheteur, ce que déplore la profession.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP