24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers
Accueil > Actualités de la mer > Pêche : l’Europe s’entend sur la prolongation des aides à la flotte

Pêche : l’Europe s’entend sur la prolongation des aides à la flotte

Dernière mise à jour le vendredi 26 octobre 2012

Article paru
sur le site "Paris Normandie" -Mercredi 24 octobre 2012
Visualiser l’article original


LUXEMBOURG, 24 oct 2012 (AFP) - Les ministres européens de la Pêche ont fini par trouver ce mercredi 24 octobre un accord pour prolonger des aides controversées à la casse ou à la modernisation de navires, au terme de plus de deux jours de difficiles négociations à Luxembourg.

Le ministre chypriote de la Pêche Sofoclis Aletraris s’est réjoui d’annoncer lors d’une conférence de presse au petit matin un accord sur une "proposition soutenue par quasiment tous les Etats" sur les aides avec lesquelles l’Europe entend rendre, entre 2014 et 2020, le secteur de la pêche plus durable et plus sélectif.

Seuls trois Etats ont voté contre : l’Allemagne, la Belgique et Malte, ont précisé des sources diplomatiques.

L’enveloppe globale du fonds, qui devrait approcher les quelque 6,5 milliards d’euros, doit encore faire l’objet d’un accord séparé.

En attendant les ministres se sont d’ores et déjà entendus sur sa répartition. L’enveloppe servira en particulier à "l’innovation, au soutien pour l’aquaculture et aux zones de pêche côtières, ainsi que stimulants à la création d’emploi. Un accent a été mis sur la collecte de données et les contrôles des activités de pêche", a précisé M. Aletraris.

Les négociations se sont concentrées sur la prolongation controversée des aides à la flotte de pêche, comme les primes à la casse des navires ou à la modernisation des navires, critiquées par la Cour des Comptes européenne pour avoir, ces dernières années, subventionné la surpêche et agravé la raréfaction des ressources halieutiques.

Les grandes puissances de pêche comme l’Espagne et la France réclamaient leur maintien pour peu que cela se fasse "à capacité de pêche constante", c’est-à-dire sans augmenter le nombre ou la taille de navires.

Aux termes du compromis, les Etats pourront consacrer quelque 15% de leurs enveloppes nationales à la casse de navires, à la cessation temporaire d’activité ou à la modernisation des navires, pour aider les pêcheurs à s’équiper en moteurs moins gourmands en carburant.

Les primes à la casse ne pourront toutefois être payées que jusqu’en 2019, aux termes du compromis, précise une source diplomatique française.

Les jeunes pêcheurs souhaitant acquérir des navires d’occasion bénéficieront par ailleurs d’un coup de pouce de 50.000 euros.

La France se réjouit d’avoir dégagé "une enveloppe substantielle" pour les aides à la flotte au terme de "négociations compliquées", précise un diplomate français.

L’Allemagne en revanche a préféré voter contre, car elle estime notamment que les aides permettant de construire de nouveaux moteurs conduisent quoi qu’on en dise "à une augmentation des capacités et ne servent donc pas l’objectif d’une pêche durable", a souligné un diplomate allemand.

Espagnols, Français ou Portugais faisaient valoir que sans mesures d’accompagnement substantielles il aurait été difficile de faire adhérer les pêcheurs à la réforme de la politique de la Pêche.

Actuellement discutée au Parlement européen, cette réforme prévoit notamment l’interdiction, d’ici 2018-2019, des rejets à la mer des poissons trop petits tombés dans les filets. Les pêcheurs devront débarquer toutes leurs prises pour qu’elles soient transformées en farines, ce qui doit les inciter à être plus sélectifs.

D’ici 2020, tous les stocks devront être parvenus à un niveau ne mettant pas en danger leur reproduction, ce qui va obliger les pêcheurs à réduire leurs prises.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP