20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Pêcheurs de bars. La fronde s’organise

Pêcheurs de bars. La fronde s’organise

Dernière mise à jour le jeudi 25 janvier 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 24 Janvier 2018
Visualiser l’article original


L’interdiction de pêcher le bar au-dessus du 48e parallèle leur est restée en travers de la gorge. Vendredi, au port de Penzé, un groupe de cinq pêcheurs a décidé de monter au créneau. Ils invitent les mécontents à les rejoindre pour organiser la défense d’une pêche loisir qui, selon eux, a le dos bien large.

C’est peu de dire que Philippe Bras, Jacques Le Lez, Alain Guillou, Philippe Cadiou et François Bossard sont remontés. Si ce quintet d’amoureux de la pêche s’est réuni, vendredi soir, au port de Penzé, c’est pour faire passer un message clair, net et précis : « Ça suffit. Il faut arrêter de nous prendre pour des c... On n’est pas obligés de tout accepter. On va se défendre ». Dans leur collimateur, « ces technocrates » qui ont décidé d’interdire aux plaisanciers et pêcheurs de bord de mer ou de rivière, de pêcher le bar au-dessus du 48e parallèle. C’est-à-dire au nord du raz de Sein.
« Comme le nuage de Tchernobyl »

« Pourquoi le 48e ? On ne sait pas. Car des bars marqués par Ifremer du côté de Perros ont été pêchés dans le golfe de Gascogne. Cette histoire, c’est un peu comme celle du nuage de Tchernobyl : on veut nous faire croire que le bar s’arrête à la frontière du 48e parallèle. C’est n’importe quoi », s’énerve Philippe Bras, élu à Plouvorn. Toujours est-il que si l’an dernier, ils étaient autorisés à pêcher un poisson par jour, hors période de reproduction de l’espèce, les pêcheurs doivent désormais pratiquer le « no kill » et remettre à l’eau le moindre bar hameçonné, sous peine de très grosses amendes.
La grande distribution pointée du doigt

…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP