23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne
Accueil > Actualités de la mer > Philippe Cury : « Il faut revenir à une pêche artisanale plus lente (...)

Philippe Cury : « Il faut revenir à une pêche artisanale plus lente »

Dernière mise à jour le lundi 19 mars 2012

Article paru sur le site "20 Minutes" - Jeudi 15 Mars 2012
Visualiser l’article original



Philippe Cury : « Il faut revenir à une pêche artisanale plus lente »

DÉCRYPTAGE - Dans le cadre de la campagne de Humanité et biodiversité (ex Ligue ROC), qui va comparer les programmes des candidats à la présidentielle sur le thème de la biodiversité, « 20 Minutes » revient sur les enjeux. Cette semaine, comment concilier pêche et préservation des écosystèmes...

On a sonné le glas du tarama : la surpêche serait responsable, selon de nombreuses études, de la disparition de l’esturgeon, mais aussi des requins, des tortues marines, et peut-être bientôt des saumons sauvages. Pourtant, la pêche est une activité qui, si elle est pratiquée raisonnablement, peut se concilier avec la préservation des espèces. Philippe Cury, Directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et expert en gestion écosystémique des ressources marines, nous explique comment.

Pêche et préservation de la biodiversité, est-ce forcément contradictoire ?

Non, pas si on exploite les espèces et les stocks de façon raisonnable. En Europe, et en France en particulier, les pêcheries sont très mal gérées, alors qu’il suffirait de s’adapter au taux de renouvellement de la ressource. On peut restaurer la productivité des océans en pêchant moins, mais aussi en changeant les modes de pêche : ils sont aujourd’hui technologiquement trop puissants, on est devenus trop forts par rapport à la nature. En 24h ou en un mois, on a pêché pour un an ! Il faut revenir à une pêche artisanale plus lente.

Comment concilier cette lenteur et les impératifs économiques pour les pêcheurs ?

Cette phase de transition sera difficile pour les pêcheurs mais elle est indispensable pour reconstruire la productivité des milieux naturels. Pour les aider, il faut mettre en place des subventions, mais ils ont tout à y gagner car s’il n’y a plus de poissons, il n’y aura plus de pêcheurs ! Par exemple, en Namibie, la surexploitation des sardines et anchois est allée tellement loin que l’écosystème s’est cassé la figure et produit maintenant 20 à 40 millions de tonnes de méduses. La surpêche rend les écosystèmes improductifs. Déjà à Sète, les bateaux partent à la casse car il n’y a plus de poissons.

Y a-t-il des espèces de poissons pour lesquelles il est déjà trop tard ?

L’esturgeon, le saumon, les tortues marines… Dans le milieu marin, on parle plutôt de raréfaction que de disparition, mais on atteint des niveaux tellement bas que les problèmes d’extinction vont bientôt arriver.

Le poisson d’élevage peut-il être une solution pour restaurer les stocks de poissons sauvages ?

Non, car l’aquaculture vit sur le poisson sauvage : 37% des captures mondiales de sardines, anchois, harengs, servent à fabriquer la farine de poissons qui nourrit les porcs, les poulets et les poissons d’élevage. C’est un cercle vicieux : on déshabille Pierre pour habiller Paul ! En Asie, où se pratique 90% de l’aquaculture mondiale, on a transformé les carpes en poissons carnivores pour les faire « pousser » plus vite avec de la farine. Une fois de plus, on a fait des montages spéculatifs sur le vivant : le système capitaliste s’alimente sur la destruction de la nature. Il faut lui donner une valeur pour cesser de la piller, et nous attendons des candidats à la présidentielle en France qu’ils aient une vision de ce qu’on va faire de nos ressources, renouvelables ou pas.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP