22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > Philippe Cury : « Il faut revenir à une pêche artisanale plus lente (...)

Philippe Cury : « Il faut revenir à une pêche artisanale plus lente »

Dernière mise à jour le lundi 19 mars 2012

Article paru sur le site "20 Minutes" - Jeudi 15 Mars 2012
Visualiser l’article original



Philippe Cury : « Il faut revenir à une pêche artisanale plus lente »

DÉCRYPTAGE - Dans le cadre de la campagne de Humanité et biodiversité (ex Ligue ROC), qui va comparer les programmes des candidats à la présidentielle sur le thème de la biodiversité, « 20 Minutes » revient sur les enjeux. Cette semaine, comment concilier pêche et préservation des écosystèmes...

On a sonné le glas du tarama : la surpêche serait responsable, selon de nombreuses études, de la disparition de l’esturgeon, mais aussi des requins, des tortues marines, et peut-être bientôt des saumons sauvages. Pourtant, la pêche est une activité qui, si elle est pratiquée raisonnablement, peut se concilier avec la préservation des espèces. Philippe Cury, Directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et expert en gestion écosystémique des ressources marines, nous explique comment.

Pêche et préservation de la biodiversité, est-ce forcément contradictoire ?

Non, pas si on exploite les espèces et les stocks de façon raisonnable. En Europe, et en France en particulier, les pêcheries sont très mal gérées, alors qu’il suffirait de s’adapter au taux de renouvellement de la ressource. On peut restaurer la productivité des océans en pêchant moins, mais aussi en changeant les modes de pêche : ils sont aujourd’hui technologiquement trop puissants, on est devenus trop forts par rapport à la nature. En 24h ou en un mois, on a pêché pour un an ! Il faut revenir à une pêche artisanale plus lente.

Comment concilier cette lenteur et les impératifs économiques pour les pêcheurs ?

Cette phase de transition sera difficile pour les pêcheurs mais elle est indispensable pour reconstruire la productivité des milieux naturels. Pour les aider, il faut mettre en place des subventions, mais ils ont tout à y gagner car s’il n’y a plus de poissons, il n’y aura plus de pêcheurs ! Par exemple, en Namibie, la surexploitation des sardines et anchois est allée tellement loin que l’écosystème s’est cassé la figure et produit maintenant 20 à 40 millions de tonnes de méduses. La surpêche rend les écosystèmes improductifs. Déjà à Sète, les bateaux partent à la casse car il n’y a plus de poissons.

Y a-t-il des espèces de poissons pour lesquelles il est déjà trop tard ?

L’esturgeon, le saumon, les tortues marines… Dans le milieu marin, on parle plutôt de raréfaction que de disparition, mais on atteint des niveaux tellement bas que les problèmes d’extinction vont bientôt arriver.

Le poisson d’élevage peut-il être une solution pour restaurer les stocks de poissons sauvages ?

Non, car l’aquaculture vit sur le poisson sauvage : 37% des captures mondiales de sardines, anchois, harengs, servent à fabriquer la farine de poissons qui nourrit les porcs, les poulets et les poissons d’élevage. C’est un cercle vicieux : on déshabille Pierre pour habiller Paul ! En Asie, où se pratique 90% de l’aquaculture mondiale, on a transformé les carpes en poissons carnivores pour les faire « pousser » plus vite avec de la farine. Une fois de plus, on a fait des montages spéculatifs sur le vivant : le système capitaliste s’alimente sur la destruction de la nature. Il faut lui donner une valeur pour cesser de la piller, et nous attendons des candidats à la présidentielle en France qu’ils aient une vision de ce qu’on va faire de nos ressources, renouvelables ou pas.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP