13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Phoques échoués. La clinique d’Océanopolis saturée

Phoques échoués. La clinique d’Océanopolis saturée

Dernière mise à jour le dimanche 5 janvier 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" -04 Janvier 2014
Visualiser l’article original



En raison des tempêtes successives qui balayent la Bretagne, la clinique des phoques d’Océanopolis, à Brest, est aujourd’hui totalement saturée avec plus de vingt animaux en soins.

L’espèce qui vit en Bretagne, le phoque gris, met bas principalement en automne. Après trois semaines d’allaitement, le jeune phoque, gavé du lait maternel, est livré à lui-même pour la chasse et pour le repos à terre sur les rochers à marée basse ou sur les plages.

Vingt-neuf phoques récupérés
L’hiver dans les eaux de l’Atlantique Nord, la vie n’est pas de tout repos. Il est difficile pour les jeunes phoques de capturer des poissons et leur réserve de graisse fond rapidement. Les plus faibles ou les animaux malades ne résistent pas aux tempêtes.En ces périodes de fêtes, les promeneurs sont nombreux sur les côtes et peuvent alors rencontrer ces jeunes phoques échoués. Généralement, ils préviennent les pompiers ou la mairie. Océanopolis récupère ces animaux et les soigne. Mais en moins d’un mois, Océanopolis a récupéré presque autant de phoques que la totalité de 2013 (29 animaux) et durant la dernière semaine, pas moins de douze animaux.

Les laisser dans leur milieu naturel
La capacité d’accueil simultanée de la clinique d’Océanopolis est de l’ordre de dix animaux. Aujourd’hui, avec vingt phoques, Océanopolis ne peut plus en accueillir davantage pour des raisons techniques et sanitaires.Dans ces conditions, en cas de découverte d’un petit phoque échoué, le mieux actuellement est de le laisser dans son milieu naturel sur la plage ou sur les rochers où il repose habituellement

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP