22 février : Mer. La petite pêche s’estime oubliée21 février : L’Hermione. Cap au sud pour un périple francophone 20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil
Accueil > Actualités de la mer > Phoques échoués. La clinique d’Océanopolis saturée

Phoques échoués. La clinique d’Océanopolis saturée

Dernière mise à jour le dimanche 5 janvier 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" -04 Janvier 2014
Visualiser l’article original



En raison des tempêtes successives qui balayent la Bretagne, la clinique des phoques d’Océanopolis, à Brest, est aujourd’hui totalement saturée avec plus de vingt animaux en soins.

L’espèce qui vit en Bretagne, le phoque gris, met bas principalement en automne. Après trois semaines d’allaitement, le jeune phoque, gavé du lait maternel, est livré à lui-même pour la chasse et pour le repos à terre sur les rochers à marée basse ou sur les plages.

Vingt-neuf phoques récupérés
L’hiver dans les eaux de l’Atlantique Nord, la vie n’est pas de tout repos. Il est difficile pour les jeunes phoques de capturer des poissons et leur réserve de graisse fond rapidement. Les plus faibles ou les animaux malades ne résistent pas aux tempêtes.En ces périodes de fêtes, les promeneurs sont nombreux sur les côtes et peuvent alors rencontrer ces jeunes phoques échoués. Généralement, ils préviennent les pompiers ou la mairie. Océanopolis récupère ces animaux et les soigne. Mais en moins d’un mois, Océanopolis a récupéré presque autant de phoques que la totalité de 2013 (29 animaux) et durant la dernière semaine, pas moins de douze animaux.

Les laisser dans leur milieu naturel
La capacité d’accueil simultanée de la clinique d’Océanopolis est de l’ordre de dix animaux. Aujourd’hui, avec vingt phoques, Océanopolis ne peut plus en accueillir davantage pour des raisons techniques et sanitaires.Dans ces conditions, en cas de découverte d’un petit phoque échoué, le mieux actuellement est de le laisser dans son milieu naturel sur la plage ou sur les rochers où il repose habituellement

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP