22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite »
Accueil > Recettes > Mes ingrédients > Piment d’Espelette

Piment d’Espelette

Dernière mise à jour le lundi 6 novembre 2017



Certificat A.O.C. gage de qualité
Piment d'espelette AOC corde
Le piment d’Espelette AOC : l’histoire d’un terroir
Voici une corde achetée le 26 septembre 2007 qui sèche tout doucettement dans ma cuisine jusqu’à ce jour de janvier 2008 où j’ai pris ces photos ; je la retourne tous les 3 ou 4 jours pour veiller à ce qu’elle ne se tache pas ou qu’elle ne soit pas humide.
Le mieux serait certainement qu’il y ait dans la maison une genre de potence à pots de fleurs qui permettrait d’éloigner ma corde du mur.


C’est sur les conseils d’un Basque du cru, Michel, qui est par ailleurs créateur du site "Tapas et Amuse-gueules" , que j’ai acheté cette corde (ou tresse).

A l’état frais elle est d’un rouge magnifique puis, peu à peu, la couleur change pour finir avec ce beau rouge foncé et vernissé.

Mais ce n’est pas tout de l’acheter ce Piment d’Espelette, il faut aussi savoir comment l’utiliser !

- voici donc les conseils de Michel :


Pour une utilisation en poudre (manière la plus courante de le consommer) :

- temps de séchage minimal : 3 mois
- temps apportant une meilleure qualité : 9 mois
- temps de séchage idéal : 1 an voire plus

Cela veut dire que, la première année, on est un peu frustré et qu’il vaut mieux avoir sous la main un petit bocal de piment d’espelette A.O.C. !


Mode de préparation :

- prélever 2 piments (par exemple) sur la tresse
- fendre ces piments sur toute leur longueur
- enlever les pépins et séparer la chair en 4 parties
- dans un moulin à café électrique bien récuré, déposer une des quatre parties , et moudre durant environ 3 minutes.

Notes de Michel :
- attention ! : ne pas moudre tous les piments de la corde d’un coup, d’abord parce que vous êtes censés en avoir acheté pour 1 an et que la poudre que vous venez d’obtenir, ne gardera réellement son goût et sa saveur qu’environ 3 mois, après elle s’affadira.
- veillez donc à ne moudre que la quantité dont vous pensez avoir besoin pour un trimestre.
- mettez la poudre dans un pot à confiture, par exemple, et prélevez-en une petite partie que vous mettrez dans un flacon poudreur, plus facile pour doser.


Que faire du piment d’espelette séché :

- l’utiliser en lieu et place du poivre dans tous les plats, sauf pour le steak au poivre !
- le piment donne un goût très fin en particulier à tout ce qui est en sauce (daube par exemple).
- il est indispensable dans les plats basques (piperade, axoa, merlu koskera....), délicieux dans les soupes.

Notes de Michel :
- le piment d’espelette est devenu à la mode et certains commerçants vendent des trucs que je trouve assez douteux : chocolat au piment, pain au piment, apéritif au piment, bon passons !
- un détail qui a son importance : si vous achetez vos piments d’espelette en vrac pour faire vos cordes vous-même, veillez bien à passer la ficelle dans la queue du piment et surtout pas dans sa chair, vous auriez 50% de probabilité qu’il pourrisse.


Utilisation du piment d’espelette frais :

- principale utilisation : les piments d’espelette grillés, c’est un vrai délice !
- on l’utilise aussi avec des oeufs au plat, en omelette et dans tous les plats où l’on peut remplacer le poivron par du piment.


Autres utilisations :

- il existe en moutarde, en gelée, en purée, en T-Basko.
- "mais je ne fais pas çà moi-même ; moins utilisé qu’en poudre chez moi, je préfère l’acheter dans le commerce sous ces formes particulières." (dixit Michel)



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP