21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Recettes > Mes ingrédients > Piment d’Espelette

Piment d’Espelette

Dernière mise à jour le lundi 6 novembre 2017



Certificat A.O.C. gage de qualité
Piment d'espelette AOC corde
Le piment d’Espelette AOC : l’histoire d’un terroir
Voici une corde achetée le 26 septembre 2007 qui sèche tout doucettement dans ma cuisine jusqu’à ce jour de janvier 2008 où j’ai pris ces photos ; je la retourne tous les 3 ou 4 jours pour veiller à ce qu’elle ne se tache pas ou qu’elle ne soit pas humide.
Le mieux serait certainement qu’il y ait dans la maison une genre de potence à pots de fleurs qui permettrait d’éloigner ma corde du mur.


C’est sur les conseils d’un Basque du cru, Michel, qui est par ailleurs créateur du site "Tapas et Amuse-gueules" , que j’ai acheté cette corde (ou tresse).

A l’état frais elle est d’un rouge magnifique puis, peu à peu, la couleur change pour finir avec ce beau rouge foncé et vernissé.

Mais ce n’est pas tout de l’acheter ce Piment d’Espelette, il faut aussi savoir comment l’utiliser !

- voici donc les conseils de Michel :


Pour une utilisation en poudre (manière la plus courante de le consommer) :

- temps de séchage minimal : 3 mois
- temps apportant une meilleure qualité : 9 mois
- temps de séchage idéal : 1 an voire plus

Cela veut dire que, la première année, on est un peu frustré et qu’il vaut mieux avoir sous la main un petit bocal de piment d’espelette A.O.C. !


Mode de préparation :

- prélever 2 piments (par exemple) sur la tresse
- fendre ces piments sur toute leur longueur
- enlever les pépins et séparer la chair en 4 parties
- dans un moulin à café électrique bien récuré, déposer une des quatre parties , et moudre durant environ 3 minutes.

Notes de Michel :
- attention ! : ne pas moudre tous les piments de la corde d’un coup, d’abord parce que vous êtes censés en avoir acheté pour 1 an et que la poudre que vous venez d’obtenir, ne gardera réellement son goût et sa saveur qu’environ 3 mois, après elle s’affadira.
- veillez donc à ne moudre que la quantité dont vous pensez avoir besoin pour un trimestre.
- mettez la poudre dans un pot à confiture, par exemple, et prélevez-en une petite partie que vous mettrez dans un flacon poudreur, plus facile pour doser.


Que faire du piment d’espelette séché :

- l’utiliser en lieu et place du poivre dans tous les plats, sauf pour le steak au poivre !
- le piment donne un goût très fin en particulier à tout ce qui est en sauce (daube par exemple).
- il est indispensable dans les plats basques (piperade, axoa, merlu koskera....), délicieux dans les soupes.

Notes de Michel :
- le piment d’espelette est devenu à la mode et certains commerçants vendent des trucs que je trouve assez douteux : chocolat au piment, pain au piment, apéritif au piment, bon passons !
- un détail qui a son importance : si vous achetez vos piments d’espelette en vrac pour faire vos cordes vous-même, veillez bien à passer la ficelle dans la queue du piment et surtout pas dans sa chair, vous auriez 50% de probabilité qu’il pourrisse.


Utilisation du piment d’espelette frais :

- principale utilisation : les piments d’espelette grillés, c’est un vrai délice !
- on l’utilise aussi avec des oeufs au plat, en omelette et dans tous les plats où l’on peut remplacer le poivron par du piment.


Autres utilisations :

- il existe en moutarde, en gelée, en purée, en T-Basko.
- "mais je ne fais pas çà moi-même ; moins utilisé qu’en poudre chez moi, je préfère l’acheter dans le commerce sous ces formes particulières." (dixit Michel)



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP