18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Planet Solar part à la poursuite du Gulf Stream

Planet Solar part à la poursuite du Gulf Stream

Dernière mise à jour le mercredi 3 avril 2013


Après avoir réussi à prouver l’utilité de l’énergie photovoltaïque pour la navigation en bouclant un tour du monde, le Planet Solar entame une nouvelle vie comme plateforme de recherche scientifique. La mission suisse Deep Water, menée le climatologue et co-détenteur du Prix Nobel Martin Beniston, souhaite étudier le Gulf Stream, de sa naissance en Floride à son extrémité dans le Grand Nord. « Habituellement, les missions scientifiques sont courtes – deux à trois semaines – et se focalisent sur un aspect particulier, observe le chercheur. Mais cette fois-ci nous allons parcourir l’ensemble du parcours, plus de 8000 kilomètres, c’est une occasion unique. »

Le Gulf Stream remonte les eaux du golfe du Mexique jusque sous nos latitudes, nous permettant de bénéficier d’une eau de 3 à 5°C plus élevée que ce qu’elle serait sans ce courant. Voilà pourquoi nous bénéficions d’hivers plus doux que nos voisins américains. Quand on pense que Bordeaux et Montréal sont à la même latitude, on comprend facilement le rôle du Gulf Stream. Un courant souvent étudié par diverses missions scientifiques mais Martin Benison pointe le manque de connaissances de sa structure fine. « Nous voulons mieux comprendre son évolution et évaluer sa stabilité », précise-t-il. Des capteurs ont donc été installés sous les flotteurs du catamaran photovoltaïque, mais aussi dans l’air pour étudier le contenu chimique et biologique des embruns. « Nous voulons étudier les interfaces entre l’eau et l’atmosphère », explique Martin Beniston. Les données récoltées permettront d’affiner les modélisations numériques météorologiques et océaniques.
Des capteurs de salinité et de température installés sur le Planet Solar pourront ainsi permettre de suivre les eaux du golfe du Mexique et celles issues de la fonte des glaces au Nord. En effet, l’une des théories sur le Gulf Stream pose l’hypothèse que ces eaux très froides feraient barrage au courant marin. « Cela pourrait mener à la stagnation ou au refroidissement de notre climat », explique Cyrille Duchesne, prévisionniste pour Météo Consult – La Chaîne Météo.

Pourquoi Planet Solar ?

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP