25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans
Accueil > Actualités de la mer > Planet Solar part à la poursuite du Gulf Stream

Planet Solar part à la poursuite du Gulf Stream

Dernière mise à jour le mercredi 3 avril 2013


Après avoir réussi à prouver l’utilité de l’énergie photovoltaïque pour la navigation en bouclant un tour du monde, le Planet Solar entame une nouvelle vie comme plateforme de recherche scientifique. La mission suisse Deep Water, menée le climatologue et co-détenteur du Prix Nobel Martin Beniston, souhaite étudier le Gulf Stream, de sa naissance en Floride à son extrémité dans le Grand Nord. « Habituellement, les missions scientifiques sont courtes – deux à trois semaines – et se focalisent sur un aspect particulier, observe le chercheur. Mais cette fois-ci nous allons parcourir l’ensemble du parcours, plus de 8000 kilomètres, c’est une occasion unique. »

Le Gulf Stream remonte les eaux du golfe du Mexique jusque sous nos latitudes, nous permettant de bénéficier d’une eau de 3 à 5°C plus élevée que ce qu’elle serait sans ce courant. Voilà pourquoi nous bénéficions d’hivers plus doux que nos voisins américains. Quand on pense que Bordeaux et Montréal sont à la même latitude, on comprend facilement le rôle du Gulf Stream. Un courant souvent étudié par diverses missions scientifiques mais Martin Benison pointe le manque de connaissances de sa structure fine. « Nous voulons mieux comprendre son évolution et évaluer sa stabilité », précise-t-il. Des capteurs ont donc été installés sous les flotteurs du catamaran photovoltaïque, mais aussi dans l’air pour étudier le contenu chimique et biologique des embruns. « Nous voulons étudier les interfaces entre l’eau et l’atmosphère », explique Martin Beniston. Les données récoltées permettront d’affiner les modélisations numériques météorologiques et océaniques.
Des capteurs de salinité et de température installés sur le Planet Solar pourront ainsi permettre de suivre les eaux du golfe du Mexique et celles issues de la fonte des glaces au Nord. En effet, l’une des théories sur le Gulf Stream pose l’hypothèse que ces eaux très froides feraient barrage au courant marin. « Cela pourrait mener à la stagnation ou au refroidissement de notre climat », explique Cyrille Duchesne, prévisionniste pour Météo Consult – La Chaîne Météo.

Pourquoi Planet Solar ?

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP