24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers
Accueil > Actualités de la mer > Planète océans

Planète océans

Dernière mise à jour le mardi 4 décembre 2012

Article paru
sur le site "Le Point" - samedi 01 dècembre 2012
Visualiser l’article original


Yann Arthus-Bertrand poursuit son inventaire d’un monde écologiquement déboussolé avec Planète Océan, un film qui montre l’extraordinaire richesse biologique des mers et leur contribution à d’immenses équilibres désormais menacés par un homme déraisonnable et avide. Son nouvel opus reprend sa marque de fabrique - des vues aériennes renouvelant les perspectives - et intègre des images sous-marines. "Nous avons essayé de mélanger le film aérien et des images sous-marines de spécialistes australiens, américains, chiliens ou encore sud-africains", a expliqué le réalisateur et photographe lors d’une projection.

"C’est un film militant où l’on dit des choses difficiles", prévient-il. Coréalisé avec Michael Pitiot, le documentaire sera diffusé gratuitement dans certaines salles en France (musées, réseau associatif) et à l’étranger, sur France 2 fin décembre et vendu en DVD dans les prochains jours. En résumé : les océans, qui recouvrent les deux tiers de la planète, permettent à l’homme de se nourrir et de commercer à une échelle inédite (600 millions de conteneurs dans le monde). Ils sont au coeur du fonctionnement climatique.
"Sacrifiées pour rien"

En retour, les hommes les polluent et puisent tellement dans les stocks de poissons (80 % des espèces sont surpêchées) que leur renouvellement n’est plus assuré. Le risque ? Que des équilibres millénaires soient définitivement rompus. Des images de récifs coralliens en Indonésie révèlent par exemple l’un des écosystèmes les plus denses, peuplé d’organismes microscopiques et de poissons aux couleurs et formes stupéfiantes.

Dans cet environnement, les grands mangent les plus petits comme dans toute chaîne alimentaire, mais de subtils équilibres existent : les prédations sont limitées et permettent à chaque espèce de se maintenir. Or, le "super-prédateur" qu’est l’homme ne semble pas avoir de limites dans sa razzia. "Les chaluts de haute mer ont tout changé", commente Yann Arthus-Bertrand. Ces filets de bateaux-usines ratissent littéralement les fonds marins. Les équipages gardent les espèces ayant un intérêt commercial, rejetant les autres, "sacrifiées pour rien".
"Ne nous résignons pas !"
Yann Arthus-Bertrand poursuit son inventaire d’un monde écologiquement déboussolé avec Planète Océan, un film qui montre l’extraordinaire richesse biologique des mers et leur contribution à d’immenses équilibres désormais menacés par un homme déraisonnable et avide. Son nouvel opus reprend sa marque de fabrique - des vues aériennes renouvelant les perspectives - et intègre des images sous-marines. "Nous avons essayé de mélanger le film aérien et des images sous-marines de spécialistes australiens, américains, chiliens ou encore sud-africains", a expliqué le réalisateur et photographe lors d’une projection.

"C’est un film militant où l’on dit des choses difficiles", prévient-il. Coréalisé avec Michael Pitiot, le documentaire sera diffusé gratuitement dans certaines salles en France (musées, réseau associatif) et à l’étranger, sur France 2 fin décembre et vendu en DVD dans les prochains jours. En résumé : les océans, qui recouvrent les deux tiers de la planète, permettent à l’homme de se nourrir et de commercer à une échelle inédite (600 millions de conteneurs dans le monde). Ils sont au coeur du fonctionnement climatique.
"Sacrifiées pour rien"

En retour, les hommes les polluent et puisent tellement dans les stocks de poissons (80 % des espèces sont surpêchées) que leur renouvellement n’est plus assuré. Le risque ? Que des équilibres millénaires soient définitivement rompus. Des images de récifs coralliens en Indonésie révèlent par exemple l’un des écosystèmes les plus denses, peuplé d’organismes microscopiques et de poissons aux couleurs et formes stupéfiantes.

Dans cet environnement, les grands mangent les plus petits comme dans toute chaîne alimentaire, mais de subtils équilibres existent : les prédations sont limitées et permettent à chaque espèce de se maintenir. Or, le "super-prédateur" qu’est l’homme ne semble pas avoir de limites dans sa razzia. "Les chaluts de haute mer ont tout changé", commente Yann Arthus-Bertrand. Ces filets de bateaux-usines ratissent littéralement les fonds marins. Les équipages gardent les espèces ayant un intérêt commercial, rejetant les autres, "sacrifiées pour rien".
"Ne nous résignons pas !"
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP