22 février : Mer. La petite pêche s’estime oubliée21 février : L’Hermione. Cap au sud pour un périple francophone 20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil
Accueil > Actualités de la mer > Planète océans

Planète océans

Dernière mise à jour le mardi 4 décembre 2012

Article paru
sur le site "Le Point" - samedi 01 dècembre 2012
Visualiser l’article original


Yann Arthus-Bertrand poursuit son inventaire d’un monde écologiquement déboussolé avec Planète Océan, un film qui montre l’extraordinaire richesse biologique des mers et leur contribution à d’immenses équilibres désormais menacés par un homme déraisonnable et avide. Son nouvel opus reprend sa marque de fabrique - des vues aériennes renouvelant les perspectives - et intègre des images sous-marines. "Nous avons essayé de mélanger le film aérien et des images sous-marines de spécialistes australiens, américains, chiliens ou encore sud-africains", a expliqué le réalisateur et photographe lors d’une projection.

"C’est un film militant où l’on dit des choses difficiles", prévient-il. Coréalisé avec Michael Pitiot, le documentaire sera diffusé gratuitement dans certaines salles en France (musées, réseau associatif) et à l’étranger, sur France 2 fin décembre et vendu en DVD dans les prochains jours. En résumé : les océans, qui recouvrent les deux tiers de la planète, permettent à l’homme de se nourrir et de commercer à une échelle inédite (600 millions de conteneurs dans le monde). Ils sont au coeur du fonctionnement climatique.
"Sacrifiées pour rien"

En retour, les hommes les polluent et puisent tellement dans les stocks de poissons (80 % des espèces sont surpêchées) que leur renouvellement n’est plus assuré. Le risque ? Que des équilibres millénaires soient définitivement rompus. Des images de récifs coralliens en Indonésie révèlent par exemple l’un des écosystèmes les plus denses, peuplé d’organismes microscopiques et de poissons aux couleurs et formes stupéfiantes.

Dans cet environnement, les grands mangent les plus petits comme dans toute chaîne alimentaire, mais de subtils équilibres existent : les prédations sont limitées et permettent à chaque espèce de se maintenir. Or, le "super-prédateur" qu’est l’homme ne semble pas avoir de limites dans sa razzia. "Les chaluts de haute mer ont tout changé", commente Yann Arthus-Bertrand. Ces filets de bateaux-usines ratissent littéralement les fonds marins. Les équipages gardent les espèces ayant un intérêt commercial, rejetant les autres, "sacrifiées pour rien".
"Ne nous résignons pas !"
Yann Arthus-Bertrand poursuit son inventaire d’un monde écologiquement déboussolé avec Planète Océan, un film qui montre l’extraordinaire richesse biologique des mers et leur contribution à d’immenses équilibres désormais menacés par un homme déraisonnable et avide. Son nouvel opus reprend sa marque de fabrique - des vues aériennes renouvelant les perspectives - et intègre des images sous-marines. "Nous avons essayé de mélanger le film aérien et des images sous-marines de spécialistes australiens, américains, chiliens ou encore sud-africains", a expliqué le réalisateur et photographe lors d’une projection.

"C’est un film militant où l’on dit des choses difficiles", prévient-il. Coréalisé avec Michael Pitiot, le documentaire sera diffusé gratuitement dans certaines salles en France (musées, réseau associatif) et à l’étranger, sur France 2 fin décembre et vendu en DVD dans les prochains jours. En résumé : les océans, qui recouvrent les deux tiers de la planète, permettent à l’homme de se nourrir et de commercer à une échelle inédite (600 millions de conteneurs dans le monde). Ils sont au coeur du fonctionnement climatique.
"Sacrifiées pour rien"

En retour, les hommes les polluent et puisent tellement dans les stocks de poissons (80 % des espèces sont surpêchées) que leur renouvellement n’est plus assuré. Le risque ? Que des équilibres millénaires soient définitivement rompus. Des images de récifs coralliens en Indonésie révèlent par exemple l’un des écosystèmes les plus denses, peuplé d’organismes microscopiques et de poissons aux couleurs et formes stupéfiantes.

Dans cet environnement, les grands mangent les plus petits comme dans toute chaîne alimentaire, mais de subtils équilibres existent : les prédations sont limitées et permettent à chaque espèce de se maintenir. Or, le "super-prédateur" qu’est l’homme ne semble pas avoir de limites dans sa razzia. "Les chaluts de haute mer ont tout changé", commente Yann Arthus-Bertrand. Ces filets de bateaux-usines ratissent littéralement les fonds marins. Les équipages gardent les espèces ayant un intérêt commercial, rejetant les autres, "sacrifiées pour rien".
"Ne nous résignons pas !"
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP