25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Planète océans

Planète océans

Dernière mise à jour le mardi 4 décembre 2012

Article paru
sur le site "Le Point" - samedi 01 dècembre 2012
Visualiser l’article original


Yann Arthus-Bertrand poursuit son inventaire d’un monde écologiquement déboussolé avec Planète Océan, un film qui montre l’extraordinaire richesse biologique des mers et leur contribution à d’immenses équilibres désormais menacés par un homme déraisonnable et avide. Son nouvel opus reprend sa marque de fabrique - des vues aériennes renouvelant les perspectives - et intègre des images sous-marines. "Nous avons essayé de mélanger le film aérien et des images sous-marines de spécialistes australiens, américains, chiliens ou encore sud-africains", a expliqué le réalisateur et photographe lors d’une projection.

"C’est un film militant où l’on dit des choses difficiles", prévient-il. Coréalisé avec Michael Pitiot, le documentaire sera diffusé gratuitement dans certaines salles en France (musées, réseau associatif) et à l’étranger, sur France 2 fin décembre et vendu en DVD dans les prochains jours. En résumé : les océans, qui recouvrent les deux tiers de la planète, permettent à l’homme de se nourrir et de commercer à une échelle inédite (600 millions de conteneurs dans le monde). Ils sont au coeur du fonctionnement climatique.
"Sacrifiées pour rien"

En retour, les hommes les polluent et puisent tellement dans les stocks de poissons (80 % des espèces sont surpêchées) que leur renouvellement n’est plus assuré. Le risque ? Que des équilibres millénaires soient définitivement rompus. Des images de récifs coralliens en Indonésie révèlent par exemple l’un des écosystèmes les plus denses, peuplé d’organismes microscopiques et de poissons aux couleurs et formes stupéfiantes.

Dans cet environnement, les grands mangent les plus petits comme dans toute chaîne alimentaire, mais de subtils équilibres existent : les prédations sont limitées et permettent à chaque espèce de se maintenir. Or, le "super-prédateur" qu’est l’homme ne semble pas avoir de limites dans sa razzia. "Les chaluts de haute mer ont tout changé", commente Yann Arthus-Bertrand. Ces filets de bateaux-usines ratissent littéralement les fonds marins. Les équipages gardent les espèces ayant un intérêt commercial, rejetant les autres, "sacrifiées pour rien".
"Ne nous résignons pas !"
Yann Arthus-Bertrand poursuit son inventaire d’un monde écologiquement déboussolé avec Planète Océan, un film qui montre l’extraordinaire richesse biologique des mers et leur contribution à d’immenses équilibres désormais menacés par un homme déraisonnable et avide. Son nouvel opus reprend sa marque de fabrique - des vues aériennes renouvelant les perspectives - et intègre des images sous-marines. "Nous avons essayé de mélanger le film aérien et des images sous-marines de spécialistes australiens, américains, chiliens ou encore sud-africains", a expliqué le réalisateur et photographe lors d’une projection.

"C’est un film militant où l’on dit des choses difficiles", prévient-il. Coréalisé avec Michael Pitiot, le documentaire sera diffusé gratuitement dans certaines salles en France (musées, réseau associatif) et à l’étranger, sur France 2 fin décembre et vendu en DVD dans les prochains jours. En résumé : les océans, qui recouvrent les deux tiers de la planète, permettent à l’homme de se nourrir et de commercer à une échelle inédite (600 millions de conteneurs dans le monde). Ils sont au coeur du fonctionnement climatique.
"Sacrifiées pour rien"

En retour, les hommes les polluent et puisent tellement dans les stocks de poissons (80 % des espèces sont surpêchées) que leur renouvellement n’est plus assuré. Le risque ? Que des équilibres millénaires soient définitivement rompus. Des images de récifs coralliens en Indonésie révèlent par exemple l’un des écosystèmes les plus denses, peuplé d’organismes microscopiques et de poissons aux couleurs et formes stupéfiantes.

Dans cet environnement, les grands mangent les plus petits comme dans toute chaîne alimentaire, mais de subtils équilibres existent : les prédations sont limitées et permettent à chaque espèce de se maintenir. Or, le "super-prédateur" qu’est l’homme ne semble pas avoir de limites dans sa razzia. "Les chaluts de haute mer ont tout changé", commente Yann Arthus-Bertrand. Ces filets de bateaux-usines ratissent littéralement les fonds marins. Les équipages gardent les espèces ayant un intérêt commercial, rejetant les autres, "sacrifiées pour rien".
"Ne nous résignons pas !"
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP