22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite »
Accueil > Actualités de la mer > Planète océans

Planète océans

Dernière mise à jour le mardi 4 décembre 2012

Article paru
sur le site "Le Point" - samedi 01 dècembre 2012
Visualiser l’article original


Yann Arthus-Bertrand poursuit son inventaire d’un monde écologiquement déboussolé avec Planète Océan, un film qui montre l’extraordinaire richesse biologique des mers et leur contribution à d’immenses équilibres désormais menacés par un homme déraisonnable et avide. Son nouvel opus reprend sa marque de fabrique - des vues aériennes renouvelant les perspectives - et intègre des images sous-marines. "Nous avons essayé de mélanger le film aérien et des images sous-marines de spécialistes australiens, américains, chiliens ou encore sud-africains", a expliqué le réalisateur et photographe lors d’une projection.

"C’est un film militant où l’on dit des choses difficiles", prévient-il. Coréalisé avec Michael Pitiot, le documentaire sera diffusé gratuitement dans certaines salles en France (musées, réseau associatif) et à l’étranger, sur France 2 fin décembre et vendu en DVD dans les prochains jours. En résumé : les océans, qui recouvrent les deux tiers de la planète, permettent à l’homme de se nourrir et de commercer à une échelle inédite (600 millions de conteneurs dans le monde). Ils sont au coeur du fonctionnement climatique.
"Sacrifiées pour rien"

En retour, les hommes les polluent et puisent tellement dans les stocks de poissons (80 % des espèces sont surpêchées) que leur renouvellement n’est plus assuré. Le risque ? Que des équilibres millénaires soient définitivement rompus. Des images de récifs coralliens en Indonésie révèlent par exemple l’un des écosystèmes les plus denses, peuplé d’organismes microscopiques et de poissons aux couleurs et formes stupéfiantes.

Dans cet environnement, les grands mangent les plus petits comme dans toute chaîne alimentaire, mais de subtils équilibres existent : les prédations sont limitées et permettent à chaque espèce de se maintenir. Or, le "super-prédateur" qu’est l’homme ne semble pas avoir de limites dans sa razzia. "Les chaluts de haute mer ont tout changé", commente Yann Arthus-Bertrand. Ces filets de bateaux-usines ratissent littéralement les fonds marins. Les équipages gardent les espèces ayant un intérêt commercial, rejetant les autres, "sacrifiées pour rien".
"Ne nous résignons pas !"
Yann Arthus-Bertrand poursuit son inventaire d’un monde écologiquement déboussolé avec Planète Océan, un film qui montre l’extraordinaire richesse biologique des mers et leur contribution à d’immenses équilibres désormais menacés par un homme déraisonnable et avide. Son nouvel opus reprend sa marque de fabrique - des vues aériennes renouvelant les perspectives - et intègre des images sous-marines. "Nous avons essayé de mélanger le film aérien et des images sous-marines de spécialistes australiens, américains, chiliens ou encore sud-africains", a expliqué le réalisateur et photographe lors d’une projection.

"C’est un film militant où l’on dit des choses difficiles", prévient-il. Coréalisé avec Michael Pitiot, le documentaire sera diffusé gratuitement dans certaines salles en France (musées, réseau associatif) et à l’étranger, sur France 2 fin décembre et vendu en DVD dans les prochains jours. En résumé : les océans, qui recouvrent les deux tiers de la planète, permettent à l’homme de se nourrir et de commercer à une échelle inédite (600 millions de conteneurs dans le monde). Ils sont au coeur du fonctionnement climatique.
"Sacrifiées pour rien"

En retour, les hommes les polluent et puisent tellement dans les stocks de poissons (80 % des espèces sont surpêchées) que leur renouvellement n’est plus assuré. Le risque ? Que des équilibres millénaires soient définitivement rompus. Des images de récifs coralliens en Indonésie révèlent par exemple l’un des écosystèmes les plus denses, peuplé d’organismes microscopiques et de poissons aux couleurs et formes stupéfiantes.

Dans cet environnement, les grands mangent les plus petits comme dans toute chaîne alimentaire, mais de subtils équilibres existent : les prédations sont limitées et permettent à chaque espèce de se maintenir. Or, le "super-prédateur" qu’est l’homme ne semble pas avoir de limites dans sa razzia. "Les chaluts de haute mer ont tout changé", commente Yann Arthus-Bertrand. Ces filets de bateaux-usines ratissent littéralement les fonds marins. Les équipages gardent les espèces ayant un intérêt commercial, rejetant les autres, "sacrifiées pour rien".
"Ne nous résignons pas !"
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP