13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Pointe bretonne. Pourquoi les avaries en mer ont-elles doublé (...)

Pointe bretonne. Pourquoi les avaries en mer ont-elles doublé ?

Dernière mise à jour le vendredi 11 mars 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 10 Mars 2016
Visualiser l’article original


Le Cross Corsen vient de remettre son rapport d’activité 2015. Parmi les nombreux chiffres reproduits dans ce document, l’un d’entre eux saute aux yeux : le nombre d’avaries constatées qui a plus que doublé par rapport aux années précédentes. La raison ? Une nouvelle réglementation sur les émissions de soufre.

215 avaries ayant occasionné un arrêt de plus de 30 minutes en 2015, contre moins de 100 en moyenne sur les sept dernières années. Que s’est-il passé au large des côtes bretonnes l’an passé pour provoquer des soucis en série sur les navires de marine marchande ? Une augmentation du trafic ? Non. En 2015, 42.858 navires soumis à un compte-rendu obligatoire ont croisé au large de la pointe finistérienne. Un chiffre plutôt stable par rapport à l’an passé et bien moins important que dans les années 2000-2010, période au cours de laquelle le trafic dépassait les 50.000 navires par an.

A l’origine, le soufre

La météo, alors ? Non plus. "Nous avons eu un pic d’avaries en août 2015 alors que les conditions météorologiques étaient clémentes", constate Philippe Michaud, directeur du Cross Corsen. L’explication vient en réalité d’une nouvelle réglementation entrée en vigueur le 1er janvier 2015 qui limite les émissions de souffre à 0,1 % contre 1 % par le passé dans une zone qui va débute à l’entrée de la Manche et couvre l’intégralité de la mer du Nord. Résultat, "certains navires changent de carburant avant d’entrer dans la zone passant du fuel lourd à un carburant raffiné qui produit moins d’émission de soufre, explique Philippe Michaud. Ce qui peut notamment avoir pour conséquence d’encrasser les filtres et de causer divers problèmes".

.../...
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP