20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Pointe bretonne. Pourquoi les avaries en mer ont-elles doublé (...)

Pointe bretonne. Pourquoi les avaries en mer ont-elles doublé ?

Dernière mise à jour le vendredi 11 mars 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 10 Mars 2016
Visualiser l’article original


Le Cross Corsen vient de remettre son rapport d’activité 2015. Parmi les nombreux chiffres reproduits dans ce document, l’un d’entre eux saute aux yeux : le nombre d’avaries constatées qui a plus que doublé par rapport aux années précédentes. La raison ? Une nouvelle réglementation sur les émissions de soufre.

215 avaries ayant occasionné un arrêt de plus de 30 minutes en 2015, contre moins de 100 en moyenne sur les sept dernières années. Que s’est-il passé au large des côtes bretonnes l’an passé pour provoquer des soucis en série sur les navires de marine marchande ? Une augmentation du trafic ? Non. En 2015, 42.858 navires soumis à un compte-rendu obligatoire ont croisé au large de la pointe finistérienne. Un chiffre plutôt stable par rapport à l’an passé et bien moins important que dans les années 2000-2010, période au cours de laquelle le trafic dépassait les 50.000 navires par an.

A l’origine, le soufre

La météo, alors ? Non plus. "Nous avons eu un pic d’avaries en août 2015 alors que les conditions météorologiques étaient clémentes", constate Philippe Michaud, directeur du Cross Corsen. L’explication vient en réalité d’une nouvelle réglementation entrée en vigueur le 1er janvier 2015 qui limite les émissions de souffre à 0,1 % contre 1 % par le passé dans une zone qui va débute à l’entrée de la Manche et couvre l’intégralité de la mer du Nord. Résultat, "certains navires changent de carburant avant d’entrer dans la zone passant du fuel lourd à un carburant raffiné qui produit moins d’émission de soufre, explique Philippe Michaud. Ce qui peut notamment avoir pour conséquence d’encrasser les filtres et de causer divers problèmes".

.../...
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP