18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse
Accueil > Actualités de la mer > Pointe bretonne. Pourquoi les avaries en mer ont-elles doublé (...)

Pointe bretonne. Pourquoi les avaries en mer ont-elles doublé ?

Dernière mise à jour le vendredi 11 mars 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 10 Mars 2016
Visualiser l’article original


Le Cross Corsen vient de remettre son rapport d’activité 2015. Parmi les nombreux chiffres reproduits dans ce document, l’un d’entre eux saute aux yeux : le nombre d’avaries constatées qui a plus que doublé par rapport aux années précédentes. La raison ? Une nouvelle réglementation sur les émissions de soufre.

215 avaries ayant occasionné un arrêt de plus de 30 minutes en 2015, contre moins de 100 en moyenne sur les sept dernières années. Que s’est-il passé au large des côtes bretonnes l’an passé pour provoquer des soucis en série sur les navires de marine marchande ? Une augmentation du trafic ? Non. En 2015, 42.858 navires soumis à un compte-rendu obligatoire ont croisé au large de la pointe finistérienne. Un chiffre plutôt stable par rapport à l’an passé et bien moins important que dans les années 2000-2010, période au cours de laquelle le trafic dépassait les 50.000 navires par an.

A l’origine, le soufre

La météo, alors ? Non plus. "Nous avons eu un pic d’avaries en août 2015 alors que les conditions météorologiques étaient clémentes", constate Philippe Michaud, directeur du Cross Corsen. L’explication vient en réalité d’une nouvelle réglementation entrée en vigueur le 1er janvier 2015 qui limite les émissions de souffre à 0,1 % contre 1 % par le passé dans une zone qui va débute à l’entrée de la Manche et couvre l’intégralité de la mer du Nord. Résultat, "certains navires changent de carburant avant d’entrer dans la zone passant du fuel lourd à un carburant raffiné qui produit moins d’émission de soufre, explique Philippe Michaud. Ce qui peut notamment avoir pour conséquence d’encrasser les filtres et de causer divers problèmes".

.../...
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP