19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Pointe bretonne. Pourquoi les avaries en mer ont-elles doublé (...)

Pointe bretonne. Pourquoi les avaries en mer ont-elles doublé ?

Dernière mise à jour le vendredi 11 mars 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 10 Mars 2016
Visualiser l’article original


Le Cross Corsen vient de remettre son rapport d’activité 2015. Parmi les nombreux chiffres reproduits dans ce document, l’un d’entre eux saute aux yeux : le nombre d’avaries constatées qui a plus que doublé par rapport aux années précédentes. La raison ? Une nouvelle réglementation sur les émissions de soufre.

215 avaries ayant occasionné un arrêt de plus de 30 minutes en 2015, contre moins de 100 en moyenne sur les sept dernières années. Que s’est-il passé au large des côtes bretonnes l’an passé pour provoquer des soucis en série sur les navires de marine marchande ? Une augmentation du trafic ? Non. En 2015, 42.858 navires soumis à un compte-rendu obligatoire ont croisé au large de la pointe finistérienne. Un chiffre plutôt stable par rapport à l’an passé et bien moins important que dans les années 2000-2010, période au cours de laquelle le trafic dépassait les 50.000 navires par an.

A l’origine, le soufre

La météo, alors ? Non plus. "Nous avons eu un pic d’avaries en août 2015 alors que les conditions météorologiques étaient clémentes", constate Philippe Michaud, directeur du Cross Corsen. L’explication vient en réalité d’une nouvelle réglementation entrée en vigueur le 1er janvier 2015 qui limite les émissions de souffre à 0,1 % contre 1 % par le passé dans une zone qui va débute à l’entrée de la Manche et couvre l’intégralité de la mer du Nord. Résultat, "certains navires changent de carburant avant d’entrer dans la zone passant du fuel lourd à un carburant raffiné qui produit moins d’émission de soufre, explique Philippe Michaud. Ce qui peut notamment avoir pour conséquence d’encrasser les filtres et de causer divers problèmes".

.../...
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP