20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Poisson de saison. Le bar à part

Poisson de saison. Le bar à part

Dernière mise à jour le samedi 27 janvier 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 23 Janvier 2018
Visualiser l’article original


Ken Kawahara, secrétaire de la plateforme de la petite pêche artisanale.
« Le principe de poisson de saison n’a aucune justification écologique. C’est une opération à des fins commerciales.
Dans le cas particulier du bar, il y a d’ailleurs un paradoxe à vouloir défendre deux métiers totalement opposés : l’hameçon d’une part, et le filet ou le chalut d’autre part ».
« Il faut avoir à l’esprit que la pêche bretonne a dû faire face à une révolution bleue qui s’est traduite par une réduction de moitié de la flotte depuis les années 90. Une transformation qui s’est surtout faite sur le dos de la petite pêche. Pourtant, aujourd’hui encore, les gros bateaux peuvent prélever en un seul trait de chalut l’équivalent de la pêche annuelle d’un ligneur ».

« De plus, la réglementation européenne s’entête à considérer qu’il y a deux stocks de bar au large de la Bretagne, de part et d’autre du 48e parallèle, l’un au Nord, l’autre au Sud.
Or, le simple principe de précaution mériterait d’imposer les mesures de restrictions à l’ensemble de notre façade maritime », déplore-t-il en appelant les citoyens à bannir le bar des étals entre février et mars.
« On ne cible plus le bar depuis 2015 », rappelle d’emblée Eric Guygniec, patron de l’armement de la pêche artisanale de Keroman (APAK) « Ce que l’on veut, c’est que les gens mangent du poisson, tout simplement, en leur proposant des espèces sous-valorisées.

C’est par exemple le cas du tacaud, vendu 15 centimes d’euros le kilo. On est tous responsables, notre démarche, c’est d’essayer de trouver des solutions », souligne le patron de l’APAK pour qui « il y a de la place pour tous les métiers de la pêche, du moment qu’ils sont encadrés ».

…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP