22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite »
Accueil > Actualités de la mer > Poisson de saison. Le bar à part

Poisson de saison. Le bar à part

Dernière mise à jour le samedi 27 janvier 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 23 Janvier 2018
Visualiser l’article original


Ken Kawahara, secrétaire de la plateforme de la petite pêche artisanale.
« Le principe de poisson de saison n’a aucune justification écologique. C’est une opération à des fins commerciales.
Dans le cas particulier du bar, il y a d’ailleurs un paradoxe à vouloir défendre deux métiers totalement opposés : l’hameçon d’une part, et le filet ou le chalut d’autre part ».
« Il faut avoir à l’esprit que la pêche bretonne a dû faire face à une révolution bleue qui s’est traduite par une réduction de moitié de la flotte depuis les années 90. Une transformation qui s’est surtout faite sur le dos de la petite pêche. Pourtant, aujourd’hui encore, les gros bateaux peuvent prélever en un seul trait de chalut l’équivalent de la pêche annuelle d’un ligneur ».

« De plus, la réglementation européenne s’entête à considérer qu’il y a deux stocks de bar au large de la Bretagne, de part et d’autre du 48e parallèle, l’un au Nord, l’autre au Sud.
Or, le simple principe de précaution mériterait d’imposer les mesures de restrictions à l’ensemble de notre façade maritime », déplore-t-il en appelant les citoyens à bannir le bar des étals entre février et mars.
« On ne cible plus le bar depuis 2015 », rappelle d’emblée Eric Guygniec, patron de l’armement de la pêche artisanale de Keroman (APAK) « Ce que l’on veut, c’est que les gens mangent du poisson, tout simplement, en leur proposant des espèces sous-valorisées.

C’est par exemple le cas du tacaud, vendu 15 centimes d’euros le kilo. On est tous responsables, notre démarche, c’est d’essayer de trouver des solutions », souligne le patron de l’APAK pour qui « il y a de la place pour tous les métiers de la pêche, du moment qu’ils sont encadrés ».

…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP