26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Polar Pod. Jean-Louis Etienne à l’assaut de l’Antarctique

Polar Pod. Jean-Louis Etienne à l’assaut de l’Antarctique

Dernière mise à jour le mardi 16 décembre 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 11 Décembre 2014
Visualiser l’article original



Cela ressemble à une station spatiale mais c’est sur l’eau qu’elle évoluera, autour de l’Antarctique, pendant plus de deux ans.

Polar Pod est un projet porté depuis quatre ans par l’explorateur Jean-Louis Etienne à des fins scientifiques.
Il teste une maquette à l’Ifremer de Brest. Et cherche à boucler le financement.
Il s’y voit bien, près de trois mois durant, quelques dizaines de mètres au-dessus des flots parmi les plus au sud de la planète. Dans un engin tout en hauteur, dont la partie immergée atteint les 70 m de profondeur, plus confortable, plus stable qu’un navire classique.
Mais Jean-Louis Etienne est un explorateur et, alors qu’il vient de fêter ses 68 ans, il ne vise pas là un séjour touristique pour retraité. Il sera entouré d’ingénieurs et de marins, sept personnes à bord en tout.
L’objectif est de prendre de nombreuses mesures dans les mers polaires pour mieux les connaître. Elles sont le piège à carbone de la Terre.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP