15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition
Accueil > Actualités de la mer > Pôle Nord 2012. En route vers la banquise

Pôle Nord 2012. En route vers la banquise

Dernière mise à jour le mardi 21 février 2012

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Jeudi 16 Février 2012
Visualiser l’article original



Pôle Nord 2012. En route vers la banquise

Cette fois, c’est bel et bien parti pour l’expédition PôleNord2012 ! Les Brestois JulienCabon et Alan Le Tressoler s’envoleront vers la banquise le 22mars.

L’heure est au soulagement pour Julien Cabon et Alan Le Tressoler dont le projet d’expédition « PôleNord 2012 » a bien failli capoter ces derniers mois, en raison de difficultés à boucler le budget qui, matériel compris, s’établit au final à 220.000euros. C’est seulement début février que les deux scientifiques et aventuriers de 31ans ont obtenu le coup de pouce qui leur manquait encore pour pouvoir se lancer le mois prochain, comme ils l’avaient prévu. « Rien d’anormal, en fait », explique Julien Cabon, reporter à ColsBleus, pour qui « c’est le propre de ce genre de projets, surtout par temps de crise... Finalement, les choses ont même été rapides puisque l’idée de l’expédition ne remonte qu’à 18 mois ». Au total, pas loin d’une cinquantaine d’entreprises - l’une d’entre elles est actuellement occupée à leur réaliser des gants sur mesure - se sont associées à ce projet hors norme, véritable défi humain et scientifique soutenu, notamment, par le CNRS, Ifremer, la Marine et Océanopolis.
Le 22mars, Julien Cabon et son compère Alan Le Tressoler, ingénieur en logistique polaire, s’envoleront vers l’archipel du Spitzberg (où le second fut responsable de la base française de Ny-Alesund), avant, le 30, de se faire déposer en Antonov sur la base temporaire de Barnéo, au milieu de l’océan glaciaire arctique, puis, par hélico, sur la banquise, au plus près du pôle nord géographique, à 800km de la première côte.

Seuls au monde !

Là, durant trois semaines, sans assistance, ni ravitaillement, ils réaliseront des relevés scientifiques sur cet océan gelé en dérive permanente, ce qui les obligera à effectuer environ 25km par jour à traîneau, à ski, à pied et même parfois à la nage (!), pour retrouver quotidiennement l’axe de rotation de la Terre. Précisons que le Pôle Nord constitue le seul endroit terrestre qui ne soit pas accessible aux satellites et qu’aucun homme n’a jamais vécu là plus de trois jours d’affilée.
Afin de se préparer à ce qui constitue une véritable aventure (même si le terme déplaît quelque peu à Julien Cabon, qui y voit avant tout un projet scientifique), les deux hommes, copains depuis la fac, s’étaient enfermés, fin 2010, durant neuf jours par moins 25degrés dans un entrepôt frigorifique de la société Argel, à Plouédern.

Attaqués par des ours

Ils s’étaient aussi rendus, au printemps 2011, au Groenland, afin de tester leur matériel par grand froid. Ils avaient vécu là une tragique mésaventure, en subissant l’attaque de deux ours blancs qu’ils avaient finalement dû se résoudre à abattre, non sans déchirement. « On a vraiment attendu le dernier moment. Ils n’étaient plus qu’à huit mètres de nous, indifférents à toutes nos tentatives pour les faire décamper », se souvient Julien. Un risque à relativiser cependant, cette fois-ci, les ours blancs étant peu nombreux près du Pôle Nord.

Procurations...

L’expédition s’achèvera vers le 26avril. « Nous serons les électeurs les plus au nord de la planète pour le premier tour de la présidentielle », s’amuse Julien qui, comme Alan, a fait en sorte de pouvoir voter par procuration. Les élèves d’une trentaine d’écoles suivront l’expédition au quotidien, par internet, à l’instar des lecteurs du site internet du Télégramme(*). Une page Facebook est également alimentée en vidéo depuis hier et les deux baroudeurs du froid promettent d’abonder régulièrement en anecdotes leur compte twitter. Si leurs doigts ne gèlent pas...

Patrice Le Berre



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP