23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Pollinisation des plantes d’altitude : les mouches prennent le relais des (...)

Pollinisation des plantes d’altitude : les mouches prennent le relais des abeilles

Dernière mise à jour le jeudi 8 janvier 2015

Article paru
sur le site "CNRS" - 20 Novembre 2014
Visualiser l’article original


Dans les milieux d’altitude des zones tempérées, les abeilles laissent la place aux diptères en tant que principaux visiteurs de fleurs. Parmi eux, les Empidinae sont les plus actifs : plus de la moitié des plantes échantillonnées sont principalement visitées par ces insectes, qui s’avèrent donc être un élément - clé du fonctionnement des écosystèmes alpins.

C’est ce que montre une équipe du Muséum national d’Histoire naturelle, composée de chercheurs de l’Institut de systématique,
évolution, biodiversité(Muséum/ CNRS/ EPHE/ UPMC/ IRD) et du Centre des
sciences de la conservation (Muséum/ CNRS/ UPMC) , dans une étude qui vient
d’être publiée dans la revue Biology Letters.

Abeilles et bourdons (hyménoptères) sont les principaux pollinisateurs des plantes à fleurs, aussi bien cultivées que sauvages. Cependant ils sont très souvent accompagnés, voire remplacés, par une cohorte de pollinisateurs dits
secondaires tels que des diptères, coléoptères et lépidoptères. Dans les milieux
tempérés à froids, où les abeilles sont naturellement moins abondantes
, la reproduction des plantes
dépendrait donc principalement de ces pollinisateurs secondaires, mais leur identité et leur impact réel ne sont pas encore précisément connus.
Les chercheurs ont mené une étude dans une prairie subalpine du parc national du Mercantour, dans le but de détecter ces pollinisateurs secondaires potentiels. La fréquence des visites de 19 plantes à fleurs par les différents groupes d’insectes a été évaluée pour construire le réseau plantes –visiteurs et déterminer les principaux visiteurs pour chacune d’elles. Conformément aux attentes, d’autres groupes que les hyménoptères se révèlent d’importants visiteurs de fleurs
à cette altitude mais les proportions obtenues sont surprenantes : 23% seulement de ce s visiteurs sont des hyménoptères contre 62 % pour les diptères. Plus étonnant encore : plus de la moitié des visites de diptères sont dues à un seul et même groupe, celui des Empidinae. Lorsqu’ils sont comparés aux seuls
abeilles et bourdons, ils sont les principaux visiteurs de 10 des 19 plantes étudiées contre seulement quatre pour ces derniers.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP