15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare
Accueil > Actualités de la mer > Pollinisation des plantes d’altitude : les mouches prennent le relais des (...)

Pollinisation des plantes d’altitude : les mouches prennent le relais des abeilles

Dernière mise à jour le jeudi 8 janvier 2015

Article paru
sur le site "CNRS" - 20 Novembre 2014
Visualiser l’article original


Dans les milieux d’altitude des zones tempérées, les abeilles laissent la place aux diptères en tant que principaux visiteurs de fleurs. Parmi eux, les Empidinae sont les plus actifs : plus de la moitié des plantes échantillonnées sont principalement visitées par ces insectes, qui s’avèrent donc être un élément - clé du fonctionnement des écosystèmes alpins.

C’est ce que montre une équipe du Muséum national d’Histoire naturelle, composée de chercheurs de l’Institut de systématique,
évolution, biodiversité(Muséum/ CNRS/ EPHE/ UPMC/ IRD) et du Centre des
sciences de la conservation (Muséum/ CNRS/ UPMC) , dans une étude qui vient
d’être publiée dans la revue Biology Letters.

Abeilles et bourdons (hyménoptères) sont les principaux pollinisateurs des plantes à fleurs, aussi bien cultivées que sauvages. Cependant ils sont très souvent accompagnés, voire remplacés, par une cohorte de pollinisateurs dits
secondaires tels que des diptères, coléoptères et lépidoptères. Dans les milieux
tempérés à froids, où les abeilles sont naturellement moins abondantes
, la reproduction des plantes
dépendrait donc principalement de ces pollinisateurs secondaires, mais leur identité et leur impact réel ne sont pas encore précisément connus.
Les chercheurs ont mené une étude dans une prairie subalpine du parc national du Mercantour, dans le but de détecter ces pollinisateurs secondaires potentiels. La fréquence des visites de 19 plantes à fleurs par les différents groupes d’insectes a été évaluée pour construire le réseau plantes –visiteurs et déterminer les principaux visiteurs pour chacune d’elles. Conformément aux attentes, d’autres groupes que les hyménoptères se révèlent d’importants visiteurs de fleurs
à cette altitude mais les proportions obtenues sont surprenantes : 23% seulement de ce s visiteurs sont des hyménoptères contre 62 % pour les diptères. Plus étonnant encore : plus de la moitié des visites de diptères sont dues à un seul et même groupe, celui des Empidinae. Lorsqu’ils sont comparés aux seuls
abeilles et bourdons, ils sont les principaux visiteurs de 10 des 19 plantes étudiées contre seulement quatre pour ces derniers.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP