13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Pollution. Cap sur le « continent plastique »

Pollution. Cap sur le « continent plastique »

Dernière mise à jour le jeudi 19 avril 2012

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Lundi 16 Avril 2012
Visualiser l’article original



Pollution. Cap sur le « continent plastique »

Sa mission s’intitule joliment « 7e continent », mais la « terre » que Patrick Deixonne s’apprête à explorer ne l’est pas. À partir du 2 mai, le Français va partir à la découverte d’un des cinq « gyres » de la planète, ou « continent de plastique », situé dans le Pacifique. Une monstruosité de pollution grande comme six fois la France. [Infographie]

Vous rêvez d’explorer un nouveau continent, avec si possible des beaux paysages ? Ne rêvez plus, le XVIe siècle et ses grandes découvertes sont loin. Au XXIe siècle, les nouveaux continents sont constitués de déchets, plastique. En somme, de pollution...

Grand comme six fois la France
Et c’est ce vers quoi va se diriger le Français Patrick Deixonne qui part le 2 mai de San Diego, aux États-Unis, à bord d’une goélette pour découvrir l’un des continents en plastique du monde, grand comme six fois la France, et flottant dans le Pacifique.
« Choqué par les déchets rencontrés dans l’océan » lors de sa participation à une course en solitaire transatlantique à l’aviron en 2009, l’explorateur a décidé de monter cette expédition scientifique qui durera un mois pour alerter -« l’information est la clé du changement » pour lui - sur la « catastrophe écologique » en cours dans le nord-est du Pacifique.
Pour l’instant, cette plaque de déchets, découverte en 1999 et « située dans des eaux peu concernées par la navigation marchande et le tourisme, n’intéresse, en effet, que les écologistes et les scientifiques. La communauté internationale, elle, ne s’en soucie guère », estime-t-il.

3,4 millions de km³ de déchets
Pourtant, le sujet est colossal : 22.200 km de circonférence et environ 3,4 millions de km², selon le Centre national des études spatiales qui parraine le projet.
Pour expliquer ce phénomène, les scientifiques avancent que ...

Lire l’article complet sur Le Télégramme ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP