25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel

Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel

Dernière mise à jour le samedi 9 septembre 2017

Article paru sur le site "Le Télégramme"
- 08 Septembre 2017
Visualiser l’article original



Elles se rapprochent de la famille des méduses mais n’en sont que des cousines des plus urticantes. Des physalies ont été observées à Porspoder, ce vendredi matin. Il ne faut surtout pas les toucher. Son contact peut occasionner de graves brûlures et de vives réactions, jusqu’à l’arrêt cardiaque.

Plusieurs plages du Sud-Ouest de la France ont été déjà été fermées après l’arrivée massive de ces "siphonophores". Reconnaissable à son flotteur translucide tirant sur le bleu et le rose et aux irisations façon tache d’huile, la Physalia Physalis reste urticante même échouée à la côte. Il est plus que conseillé de ne pas la toucher, son contact pouvant occasionner de graves brûlures et de vives réactions, jusqu’à l’arrêt cardiaque.

En mer, les longs filaments de 2 à 3 m, qui pour certaines colonies peuvent s’étirer jusqu’à 50 m de longueur, sont encore plus à redouter puisque quasi invisibles dans l’eau. La présence des flotteurs caractéristiques, portés par les vents de sud (elle évolue en milieu tropical et subtropical), doit alerter les baigneurs, marcheurs et pratiquants de sports de glisse.

Vigilance

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP