25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"
Accueil > Actualités de la mer > Pouces-pieds. Le trésor des inaccessibles

Pouces-pieds. Le trésor des inaccessibles

Dernière mise à jour le mardi 27 mai 2014

Article paru
sur le site "" - 20 Mai 2014
Visualiser l’article original



C’est une pêcherie qui défraye plus la chronique pour ses braconniers (espagnols) que pour ses professionnels. Nous avons accompagné un pêcheur de pouces-pieds du Cap-Sizun pour comprendre l’originalité et la difficulté de cette traque au crustacé le plus étrange de nos côtes.

Jeudi 15 mai. Marée de 95. Basse mer vers midi. La baie de Douarnenez est calme sous le soleil. Les conditions semblent idéales. « On y va, mais ça sera peut-être juste », prévient Yves Prenel. Le rendez-vous a été pris à 8 h au petit port de Brézellec, dans le Cap Sizun. L’Hermine, un canot alu de 7,50 m, est au mouillage devant le port. Pour le rejoindre, il faut prendre l’annexe collective ou alors trouver un plaisancier qui fera un petit détour.

Yves Prenel est l’un des rares pêcheurs professionnels titulaire d’une licence pour le pouce-pied. « Il y a cinq licences ici, mais je ne vois jamais personne d’autre », confie-t-il.

La pêche au pouce-pied est une petite niche pour les professionnels locaux. « L’an passé, j’ai fait seulement une dizaine de jours », ajoute Yves Prenel, qui traque aussi la daurade, le maquereau...

Ce jeudi est seulement son deuxième jour au pouce-pied depuis le début de l’année. « La première journée, j’avais fait 45 kg et rapporté 380 € ». Pas la fortune pour le Capiste. Vu la petite quantité et l’irrégularité des apports, il n’a pas cherché de débouchés en Espagne où le crustacé est apprécié et dépasse allègrement les 50 € le kilo. Yves Prenel vend sa pêche à la criée d’Audierne. Le prix tourne entre 8 et 10 € le kilo.

Les mains en sang

Pas étonnant que les cailloux du Cap-Sizun ne soient pas vraiment grattés à ce prix-là. Le plus dissuasif reste l’accès aux zones de pêche, même par mer calme.

« C’est assez dangereux, confirme Yves Prenel. Il faut que je mouille mon bateau près du rocher avec toujours la peur qu’il bouge. Ensuite, je monte dans l’annexe pour aller sur le caillou ».

C’est parti. Passé l’abri de Brézellec, la houle se fait tout de suite sentir. Des tourbillons inquiétants blanchissent autour des roches. Il est 10 h. La marée sera au plus bas dans deux heures. Il est temps de sauter sur le rocher : le canot en plastique cogne violemment, s’écorche. Il faut bondir au moment ou la houle monte et s’accrocher aux roches qui écorchent les mains. La vague suivante a déjà trempé le téméraire. Voilà le pêcheur en poste sur le caillou découvert par la marée. Deux heures de boulot. Avec un burin affiné et un couteau à bout rond, le travail commence. Les pouces-pieds sont coincés dans les failles. Yves Prenel peste. Il a oublié ses gants. Il reviendra les mains en sang. Pour le moment, l’eau de mer insensibilise la peau. Les crustacés se décollent par grappes. Les plus beaux se trouvent sur des à-pics inaccessibles à cause du ressac. Tentant de prendre des risques.

40 kg

Midi approche. L’horaire est serré. Yves Prenel pourrait rester encore un peu, mais il faudra être à la vente de 16 h à la criée d’Audierne. Il est temps de se replier. Ce ne sera pas le plus simple. Quatre sacs d’une dizaine de kilos ont été remplis. Le pêcheur récupère l’annexe qu’il avait arrimée à la roche, jette les sacs à bord, puis, profitant encore de la houle, saute dans l’embarcation instable. Tout de suite, il prend la godille pour s’éloigner et se dirige vers l’Hermine. Le plus dur est fait. Le bateau revient au mouillage devant Brezellec. Il faut maintenant laver les pouces-pieds, enlever moules et algues. L’opération se fait à bord. Les trois caisses de criée remplie sont ensuite transférées à nouveau dans l’annexe, cap sur les marches taillées dans la roche du port. Il faudra encore les placer sur la plate-forme qui sera treuillée jusqu’au petit parking. Pas une minute à perdre.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP