12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Pourpre (coquillage)

Pourpre (coquillage)

Nucella lapillus, bigorneau blanc

Dernière mise à jour le vendredi 14 août 2015

Je trouve que c’est un joli coquillage, on le découvre souvent en relevant le goémon des rochers, au milieu des moules, des bigorneaux noirs.
On l’appelle aussi la "nucelle".



Pourpre (Nucelle)

On rencontre quelquefois ce genre de bigorneau blanc en compagnie de ses oeufs disposés les uns à côté des autres, sortes de petites outres d’environ 2 mm, ouverture en l’air.
- il peut aussi être bariolé de marron, ou gris ou presque noir

Ce bigorneau blanc paraît bien inoffensif : erreur !
- il prend le temps de percer ses proies à l’aide d’une râpe (radula) constituée de centaines de petites dents très acérées et d’une enzyme qu’elle secrète concomitamment
- cela lui prend environ 48 heures pour faire son trou mais, ensuite, à l’aide d’une sorte de trompe, elle aspire l’ensemble du corps de la moule !

La pourpre est l’un des prédateurs de la moule et des balanes, mais curieusement, alternativement ...
- ainsi la pourpre peut délaisser les moules qu’elle a attaquées par exemple pendant 4/5 ans pour se retourner sur les balanes, laissant ainsi aux moules le temps de se régénérer !
(Michel Glémarec dans La biodiversité littorale, vue par Mathurin Méheut)
pourpre vivante

Comment un nuisible pourrait devenir utile :
http://www.sudouest.fr/2011/04/27/un-secret-a-percer-382451-1352.php

Utilisé il y a bien longtemps :
Catherine Dupont a découvert que l’utilisation de la teinture (aux couleurs « flashy ») tirée de la chair du pourpre ne date pas de l’occupation romaine mais, au moins, de l’âge du bronze :
http://www.letelegramme.fr/bretagne/recherche-elle-fait-parler-les-coquillages-24-11-2014-10435417.php

Plusieurs études scientifiques, montrent que les pourpres sont très sensibles, à certaines peintures antifoulling utilisées pour peindre les bateaux et les protéger des algues.
Malheureusement, ces peintures peuvent perturber gravement les processus hormonaux, des femelles, qui peuvent devenir stériles ou changer de sexe !
Il est probable que cela ne perturbe pas que les pourpres......
Nous apprendrons sans doute plus tard, que les mêmes effets déciment une multitudes d’autres organismes marins !



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP