18 décembre : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h3017 décembre : Plancton. La mer vaut bien une symphonie 16 décembre : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 15 décembre : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendue14 décembre : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de bar13 décembre : Huîtres. Sous haute surveillance 12 décembre : Pêche électrique. Intermarché vent debout11 décembre : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel 10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection
Accueil > Actualités de la mer > Pourquoi la mousse a envahi les rues australiennes ?

Pourquoi la mousse a envahi les rues australiennes ?

Dernière mise à jour le mercredi 6 février 2013

Article paru
sur le site "Figaro-Nautisme" - 03 Février 2013
Visualiser l’article original


En France, nous connaissons parfois des marées d’écume, comme quelques jours plus tôt sur la côte basque (plage des Sables d’Or, Anglet) mais la marée australienne est différente car elle est liée à la conjonction de deux phénomènes.

Pour toute marée d’écume, il faut un vent fort et persistant qui créé une émulsion d’air et d’eau : l’écume. Puis un vent orienté vers la terre décroche cette écume et la projette sur le littoral, les plages ou les rues avoisinantes.

Mais pour le cas australien, il s’agirait de la conjonction de deux phénomènes : l’un est d’ordre météorologique et lié au cyclone Oswald qui a touché le nord-est de l’Australie et l’autre d’ordre biologique, provenant d’un type de micro-algue : la prolifération de Phaeocytis. Ces micro-organismes se collent les uns aux autres, ce qui forme un amas proche de l’écume. L’un des facteurs qui permet la prolifération de cette micro-algue est l’agitation à la surface de l’eau, très importante ces derniers jours en raison du cyclone.

La micro-algue Phaeocytis est également présente en mer du nord mais le phénomène de mousse n’a jamais connu un tel niveau sur le littoral du Nord de la France.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP