15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare
Accueil > Actualités de la mer > Pourquoi le poulpe ne s’emmêle jamais les tentacule

Pourquoi le poulpe ne s’emmêle jamais les tentacule

Dernière mise à jour le mercredi 4 juin 2014

Article paru
sur le site "le point" - 003 juin 2014
Visualiser l’article original


Il a beau avoir huit bras, tout mous, dont il a à peine conscience, le poulpe - ou pieuvre - ne s’emmêle jamais les pinceaux. Heureusement pour lui d’ailleurs, car, vu que ses ventouses ont tendance à s’accrocher à tout ce qui passe à portée de ses tentacules, le pauvre animal aurait vite fait de finir en boule de noeuds. Mais alors comment fait-il ? Des chercheurs de l’université hébraïque de Jérusalem se sont penchés sur la question et viennent de livrer au moins une partie du secret de l’animal dans la revue scientifique spécialisée Current Biology.

Tout d’abord, il faut savoir que le système nerveux du poulpe n’a pas grand-chose à voir avec celui d’un être humain. Là où notre cerveau - notre système nerveux central - concentre la prise de décision, le système nerveux périphérique du poulpe est nettement plus autonome. Ainsi, lorsqu’on coupe le tentacule d’un poulpe, ce bras détaché du corps qui a l’habitude d’être son propre maître continue de fonctionner seul pendant près d’une heure. Quant à l’animal amputé, un nouveau bras finit par lui pousser. Pour tenter d’élucider le mystère de l’agilité de Octopus, l’équipe scientifique dirigée par Nir Nesher et Guy Levy a donc décidé de mener une série d’expériences sur des poulpes amputés ainsi que sur les membres amputés. Et leurs résultats sont étonnants.

Les ventouses d’un bras amputé d’un poulpe refusent systématiquement de s’accrocher à la peau d’un poulpe, quel qu’il soit. En revanche, si on leur présente de la chair écorchée d’un poulpe, elles la saisissent sans hésiter. Pour les chercheurs, c’est le signe que la peau du poulpe contient quelque chose, très vraisemblablement une substance chimique, qui inhibe les ventouses de l’animal. C’est ainsi que les bras de la pieuvre ne s’attacheraient jamais les uns aux autres.
"Soi" et "non-soi"

Mais, ce n’est pas tout... Les chercheurs ont répété la même expérience avec des poulpes amputés et, là, surprise ! Ils ont alors constaté que l’animal réagissait différemment selon qu’il était en présence d’un morceau de tentacule lui appartenant ou pas. Face à l’un de ses membres sectionnés, Octopus se révèle incapable d’user de ses ventouses, à moins de l’attraper au niveau de la blessure, c’est-à-dire par une zone dépourvue de peau. Un résultat conforme à ceux de la première expérience.

En revanche, le même poulpe amputé s’empare sans problème d’un morceau de tentacule appartenant à l’un de ses congénères. Autrement dit, alors que le système nerveux périphérique de l’animal interdit l’activation des ventouses face à toute peau appartenant à l’espèce, son système nerveux central, lui, est capable de distinguer le "soi" du "non-soi" et, le cas échéant, de passer outre afin de dévorer sans pitié un tentacule qui ne lui appartient pas.

Le poulpe est décidément un animal plein de ressources,

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP