15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk
Accueil > Actualités de la mer > Prédador. Daurades royales tenues en respect

Prédador. Daurades royales tenues en respect

Dernière mise à jour le jeudi 30 avril 2015

Article paru
sur le site "Le télégramme" - 29 Avril 2015
Visualiser l’article original



L’appétit des daurades royales a laissé des traces chez les exploitants de moules ou d’huîtres de la rade de Brest et de la baie de Quiberon.
Rien qu’en rade, 160 tonnes de moules ont été dévorées en septembre.
Un répulsif continue d’être développé pour écarter ces redoutables prédateurs. Le système développé par Ifremer Lorient et Brest, ainsi que le Muséum d’histoire naturelle de Concarneau, pour éloigner les daurades royales se nomme Prédador et est porté par le comité régional de la conchyliculture de Bretagne Sud.
La profession s’est évidemment fortement manifestée pour tenter de diminuer la prédation sur les exploitations exposées. Les daurades royales remontent de plus en plus au nord, du fait du réchauffement progressif des eaux.
Plutôt cantonnées au sud de l’Europe, ces daurades ? bien plus massives que les grises et les roses auxquelles nos côtes sont habituées ? évoluent en bancs fournis et font preuve d’un appétit vorace.
Leur large gueule pavée leur permet de broyer toutes sortes de coquilles : moules et huîtres, à la surface, mais aussi bivalves (palourdes, coques) enfouies dans le sable et la vase. Elles s’attaquent aux proies les plus faciles à consommer et raffolent des moules de bouchot ou de corde, ainsi que des huîtres posées sur le fond.
Répulsif acoustique Les prédations massives de ces dernières années (un banc est capable de nettoyer une exploitation de plusieurs dizaines de tonnes en deux à trois jours) ont fait réagir les professionnels, qui ont déjà mis en place des stratégies de protection. Ils sont de plus en plus nombreux à préserver leurs huîtres et moules derrière des grilles en plastique qui coûtent cher à installer et à entretenir (dépôts d’algues à nettoyer régulièrement)

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP