24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Projet Jerico : connecter les espaces côtiers européens

Projet Jerico : connecter les espaces côtiers européens

Dernière mise à jour le jeudi 3 janvier 2013

Article paru
sur le site "Le Monde Newpress" - 02 janvier 2013
Visualiser l’article original


La protection, la gestion et l’exploitation de l’espace côtier nécessitent des moyens d’observation et de mesures efficaces. Les systèmes de surveillance de l’environnement côtier sont appelés à se développer et à fonctionner en réseau. Le projet JERICO, démarré il y a 18 mois pour une durée de 4 ans, vise à créer un réseau européen d’infrastructures dédiées à l’observation côtière. Les données collectées contribuent à la détection, la compréhension et la prévision des systèmes côtiers soumis à de nombreuses pressions telles que le changement climatique. La revue "International innovation", parue en octobre, consacre un article au projet JERICO.

Coordonné par l’Ifremer, le projet JERICO regroupe 27 partenaires européens, de 17 pays ayant une façade maritime. Il bénéficie d’un financement européen de 6,5 millions d’euros. Son objectif est d’harmoniser, de pérenniser et de prévoir les évolutions technologiques d’un réseau de trois systèmes côtiers d’observation : - les gliders : un « glider » est un planeur sous-marin destiné à faire des mesures hydrologiques dans la colonne d’eau, effectuant des plongées en dent de scie entre 0 et 1000 mètres. Régulièrement, il remonte à la surface et communique en temps réel les données acquises pendant sa plongée avec son opérateur par satellite. - les plate-formes fixes sont généralement constituées d’une bouée ancrée (ou d’un pilier implanté en fond de mer) et équipées de systèmes de mesures physico-chimiques de l’eau de mer. - Ferrys et navires d’opportunité : des capteurs mesurant des paramètres tels que la température et la salinité, équipent des navires (de pêche par exemple). Pour les ferrys, ces systèmes sont appelés "Ferry-box".

La première assemblée générale de JERICO s’est tenue en octobre dernier. Quelques exemples d’actions réalisées depuis son lancement : - JERICO offre un accès transnational à des équipements de mesures et des observatoires côtiers européens. Le premier appel d’offres "Trans National Access" (TNA), qui s’est clôturé en avril dernier, a permis de recevoir treize propositions. Neuf projets retenus sont actuellement en cours. En savoir plus sur : http://www.jerico-fp7.eu/tna Le prochain appel d’offre sera lancé mi-janvier. -
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP