25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Projet Jerico : un réseau européen d’observation de l’environnement (...)

Projet Jerico : un réseau européen d’observation de l’environnement côtier

Dernière mise à jour le jeudi 19 septembre 2013

Article paru
sur le site "Actu-Environnement" - 17 septembre 2013
Visualiser l’article original


Harmoniser les méthodes et les outils pour disposer de mesures "fiables et communes" à l’échelle de l’Europe. Tel est l’objectif de Jerico, un programme dédié à l’océanographie côtière lancé en mai 2011 pour quatre ans, sous la coordination de l’Ifremer. Le projet bénéficie d’un financement européen de 6,5 millions d’euros. "Les données collectées contribuent à la détection des phénomènes côtiers et ainsi à la compréhension du fonctionnement hydrodynamique et écologique du milieu côtier, pour ensuite mieux connaître son état et prévoir son évolution", explique Patrick Farcy, de la Direction scientifique de l’Ifremer.

Le premier volet du projet a permis de coordonner l’ensemble des observations des mers côtières réalisées par chacun des 27 instituts européens partenaires. L’objectif est que les informations délivrées en termes de température, de salinité, d’acidité (pH), de turbidité, de chlorophylle, d’oxygène (O2) et de dioxyde de carbone (CO2) soient "exploitables et comparables" par l’ensemble des chercheurs et des utilisateurs en Europe. "L’effort porte également sur les éléments nutritifs, les contaminants et l’identification des espèces de plancton". Ces paramètres "entrent directement en résonance" avec la Directive cadre sur l’eau et la Directive cadre stratégie pour le milieu marin.

Jerico repose sur un réseau de trois systèmes côtiers d’observation : les gliders, des planeurs sous-marin qui effectuent des plongées en dents de scie entre 0 et 1.000 mètres pour réaliser des mesures hydrologiques dans la colonne d’eau. Il s’appuie également sur des plateformes fixes, généralement constituées d’une bouée ancrée et équipées de systèmes de mesures physico-chimiques de l’eau de mer. Elles assurent des mesures à des points fixes en surface et dans la colonne d’eau. Enfin, des boîtes bardées de capteurs, appelés "Ferry-box", ont été installées à bord de ferries qui effectuent des lignes régulières pour mesurer des paramètres tels que la température et la salinité. Elles permettent de recueillir des informations "une bonne partie de l’année".

Toutes les informations récoltées par ces outils sont validées puis introduites dans des banques de données locales, "elles-mêmes interconnectées aux banques de données européennes accessibles à l’ensemble des chercheurs". En haut du réseau, le centre de données Coriolis, géré depuis le Centre Ifremer Bretagne, rassemble les données.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP