25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement
Accueil > Actualités de la mer > Projet Jerico : un réseau européen d’observation de l’environnement (...)

Projet Jerico : un réseau européen d’observation de l’environnement côtier

Dernière mise à jour le jeudi 19 septembre 2013

Article paru
sur le site "Actu-Environnement" - 17 septembre 2013
Visualiser l’article original


Harmoniser les méthodes et les outils pour disposer de mesures "fiables et communes" à l’échelle de l’Europe. Tel est l’objectif de Jerico, un programme dédié à l’océanographie côtière lancé en mai 2011 pour quatre ans, sous la coordination de l’Ifremer. Le projet bénéficie d’un financement européen de 6,5 millions d’euros. "Les données collectées contribuent à la détection des phénomènes côtiers et ainsi à la compréhension du fonctionnement hydrodynamique et écologique du milieu côtier, pour ensuite mieux connaître son état et prévoir son évolution", explique Patrick Farcy, de la Direction scientifique de l’Ifremer.

Le premier volet du projet a permis de coordonner l’ensemble des observations des mers côtières réalisées par chacun des 27 instituts européens partenaires. L’objectif est que les informations délivrées en termes de température, de salinité, d’acidité (pH), de turbidité, de chlorophylle, d’oxygène (O2) et de dioxyde de carbone (CO2) soient "exploitables et comparables" par l’ensemble des chercheurs et des utilisateurs en Europe. "L’effort porte également sur les éléments nutritifs, les contaminants et l’identification des espèces de plancton". Ces paramètres "entrent directement en résonance" avec la Directive cadre sur l’eau et la Directive cadre stratégie pour le milieu marin.

Jerico repose sur un réseau de trois systèmes côtiers d’observation : les gliders, des planeurs sous-marin qui effectuent des plongées en dents de scie entre 0 et 1.000 mètres pour réaliser des mesures hydrologiques dans la colonne d’eau. Il s’appuie également sur des plateformes fixes, généralement constituées d’une bouée ancrée et équipées de systèmes de mesures physico-chimiques de l’eau de mer. Elles assurent des mesures à des points fixes en surface et dans la colonne d’eau. Enfin, des boîtes bardées de capteurs, appelés "Ferry-box", ont été installées à bord de ferries qui effectuent des lignes régulières pour mesurer des paramètres tels que la température et la salinité. Elles permettent de recueillir des informations "une bonne partie de l’année".

Toutes les informations récoltées par ces outils sont validées puis introduites dans des banques de données locales, "elles-mêmes interconnectées aux banques de données européennes accessibles à l’ensemble des chercheurs". En haut du réseau, le centre de données Coriolis, géré depuis le Centre Ifremer Bretagne, rassemble les données.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP