20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Protection de la mer. L’Onu à la manoeuvre

Protection de la mer. L’Onu à la manoeuvre

Dernière mise à jour le mercredi 13 avril 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 11 avril 2016
Visualiser l’article original


Ces deux dernières semaines, l’Onu a commencé à jeter les bases d’un accord international qui régirait et protégerait la haute mer, au-delà des 200 milles marins que chaque État exploite à sa guise. Mais le chemin est encore long avant d’aboutir à un texte juridiquement contraignant.

Il s’agit de profiter des ressources prometteuses de ces vastes étendues tout en préservant l’environnement et la biodiversité : tout récemment, experts et diplomates réunis au siège de l’Onu, à New York, ont étudié les moyens de créer des zones marines protégées. Les ONG spécialisées veulent croire possible l’entrée en vigueur d’un traité aux alentours de 2020 mais des diplomates jugent plus réaliste de viser l’horizon 2022-2023. « La réunion a été très productive », estime Elizabeth Wilson, directrice du département Océan aux Pew Charitable Trusts. Même optimisme de la part d’un diplomate européen. D’abord réticents, les grands États pêcheurs en haute mer (États-Unis, Japon, Canada, Russie) « ont joué le jeu, à des degrés divers », explique-t-il.

Bémol, cependant : il n’y a pas encore de texte sur la table, et les principaux points litigieux n’ont pas été tranchés. Ainsi, l’idée défendue par des ONG et les pays en développement, selon laquelle la haute mer devrait être considérée comme un patrimoine commun de l’humanité, « est toujours controversée », déplore Elizabeth Wilson.
Un « magot » à partager

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP