22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Protection de la mer. L’Onu à la manoeuvre

Protection de la mer. L’Onu à la manoeuvre

Dernière mise à jour le mercredi 13 avril 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 11 avril 2016
Visualiser l’article original


Ces deux dernières semaines, l’Onu a commencé à jeter les bases d’un accord international qui régirait et protégerait la haute mer, au-delà des 200 milles marins que chaque État exploite à sa guise. Mais le chemin est encore long avant d’aboutir à un texte juridiquement contraignant.

Il s’agit de profiter des ressources prometteuses de ces vastes étendues tout en préservant l’environnement et la biodiversité : tout récemment, experts et diplomates réunis au siège de l’Onu, à New York, ont étudié les moyens de créer des zones marines protégées. Les ONG spécialisées veulent croire possible l’entrée en vigueur d’un traité aux alentours de 2020 mais des diplomates jugent plus réaliste de viser l’horizon 2022-2023. « La réunion a été très productive », estime Elizabeth Wilson, directrice du département Océan aux Pew Charitable Trusts. Même optimisme de la part d’un diplomate européen. D’abord réticents, les grands États pêcheurs en haute mer (États-Unis, Japon, Canada, Russie) « ont joué le jeu, à des degrés divers », explique-t-il.

Bémol, cependant : il n’y a pas encore de texte sur la table, et les principaux points litigieux n’ont pas été tranchés. Ainsi, l’idée défendue par des ONG et les pays en développement, selon laquelle la haute mer devrait être considérée comme un patrimoine commun de l’humanité, « est toujours controversée », déplore Elizabeth Wilson.
Un « magot » à partager

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP