23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Actualités de la mer > Protection du bar. Le SOS de la petite pêche

Protection du bar. Le SOS de la petite pêche

Dernière mise à jour le vendredi 15 juillet 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 14 Juillet 2016
Visualiser l’article original


Laissera-t-on la flottille de ligneurs disparaître ?
C’est le message de SOS que vient de lancer la plateforme de la petite pêche artisanale française.
Dans un communiqué, elle estime qu’un moratoire intégral de la pêche du bar en 2017, comme l’a recommandé récemment le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) constituerait un « arrêt de mort » pour les ligneurs de bar.
Les professionnels de la petite pêche dénoncent la délimitation arbitraire du 48e parallèle qui a préservé jusque-là le Golfe de Gascogne, alors que les scientifiques sont alertés depuis près de 20 ans de la raréfaction de la ressource. « Rien n’a été fait pour enrayer la surpêche du bar, l’inertie du système est intolérable », dénonce le collectif.
« Comment accepter qu’un moratoire intégral soit imposé pour les ligneurs, alors qu’en janvier 2016, certains chalutiers ont prélevé illégalement des dizaines de tonnes en toute impunité ? », s’insurge la plateforme.
Et de souligner que les débarquements des ligneurs ne représentent que 10 % de l’ensemble des captures de bar en Manche.
.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP