27 avril : Toxines. Des interdictions de pêche en rade de Brest 26 avril : Une larve dévoreuse de plastique, nouvel espoir pour l’environnement 24 avril : Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation des déchets plastiques au nord de l’Europe19 avril : Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest15 avril : Côtes-d’Armor. Un homard bleu très rare pêché dans la baie de Saint-Brieuc 13 avril : Le grand débarquement des méduses a commencé7 avril : Étoiles de mer. Draguées pour protéger les moules 4 avril : 22 % de la flore bretonne a disparu, est menacée ou quasi-menacée31 mars : Un plan européen pour "sauver" les stocks de poissons en Méditerranée29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité
Accueil > Actualités de la mer > Protection du bar. Le SOS de la petite pêche

Protection du bar. Le SOS de la petite pêche

Dernière mise à jour le vendredi 15 juillet 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 14 Juillet 2016
Visualiser l’article original


Laissera-t-on la flottille de ligneurs disparaître ?
C’est le message de SOS que vient de lancer la plateforme de la petite pêche artisanale française.
Dans un communiqué, elle estime qu’un moratoire intégral de la pêche du bar en 2017, comme l’a recommandé récemment le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) constituerait un « arrêt de mort » pour les ligneurs de bar.
Les professionnels de la petite pêche dénoncent la délimitation arbitraire du 48e parallèle qui a préservé jusque-là le Golfe de Gascogne, alors que les scientifiques sont alertés depuis près de 20 ans de la raréfaction de la ressource. « Rien n’a été fait pour enrayer la surpêche du bar, l’inertie du système est intolérable », dénonce le collectif.
« Comment accepter qu’un moratoire intégral soit imposé pour les ligneurs, alors qu’en janvier 2016, certains chalutiers ont prélevé illégalement des dizaines de tonnes en toute impunité ? », s’insurge la plateforme.
Et de souligner que les débarquements des ligneurs ne représentent que 10 % de l’ensemble des captures de bar en Manche.
.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP