15 décembre : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendue14 décembre : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de bar13 décembre : Huîtres. Sous haute surveillance 12 décembre : Pêche électrique. Intermarché vent debout11 décembre : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel 10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !
Accueil > Actualités de la mer > Quand le calmar inspire un matériau de camouflage à l’armée américaine

Quand le calmar inspire un matériau de camouflage à l’armée américaine

Dernière mise à jour le jeudi 12 septembre 2013

Article paru
sur le site "Gentside" - 11 septembre 2013
Visualiser l’article original


Les céphalopodes (pieuvres, calmars et autres seiches) ont des propriétés de camouflage étonnantes. Sous leur peau, des cellules pigmentaires appelées chromatophores leur permettent de changer à volonté de couleur, pour se fondre dans leur environnement ou pour impressionner leurs adversaires. Des propriétés qui ne sont pas sans intéresser l’armée américaine. Vous aimez nos contenus ? Recevez gratuitement la meilleure news et vidéo du jour, et profitez des conseils de Consogazette pour améliorer votre pouvoir d’achat Des chercheurs de l’Université de Californie à Irvine, soutenus par l’armée, ont réussi à développer un biofilm invisible à la lumière infrarouge, grâce à une protéine extraite de calmar, plus précisément de la peau de spécimens appartenant à la famille des Lonliginidés. Selon l’étude publiée dans la revue Advanced Materials, cette protéine se nomme réflectine et est essentielle au camouflage des calmars. Pour reproduire cette molécule, les chercheurs ont utilisé des bactéries génétiquement modifiées et se sont servis de la substance produite afin de concevoir un film optiquement actif qui possède les propriétés de la peau des céphalopodes. Les capacités de camouflage des céphalopodes La peau des mollusques marins recèle de nombreuses cellules chromatiques qui contiennent cette protéine. En modifiant la structure et la taille des cellules de leur peau, les céphalopodes modifient la façon dont la lumière frappe la réflectine. Les propriétés physiques de la protéine font que celle-ci renvoie une longueur d’onde différente. Ainsi, en jouant sur la structure de leur peau, les céphalopodes peuvent changer de couleur et s’adapter à leur environnement. Les couleurs de leur peau leur servent durant leurs interactions sociales, y compris la communication avec leurs congénères. Elles peuvent intimider les prédateurs, en donnant des couleurs vives et changeantes. Quand ils se sentent en danger, les céphalopodes peuvent aussi choisir de se fondre avec leur environnement et de se camoufler parfaitement sur le sable et les fonds marins. Invisible à l’infrarouge

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/calmar/quand-le-calmar-inspire-un-materiau-de-camouflage-a-l-039-armee-americaine_art30738.html
Copyright © Gentside Découvertes
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP