15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi
Accueil > Actualités de la mer > Quand le calmar inspire un matériau de camouflage à l’armée américaine

Quand le calmar inspire un matériau de camouflage à l’armée américaine

Dernière mise à jour le jeudi 12 septembre 2013

Article paru
sur le site "Gentside" - 11 septembre 2013
Visualiser l’article original


Les céphalopodes (pieuvres, calmars et autres seiches) ont des propriétés de camouflage étonnantes. Sous leur peau, des cellules pigmentaires appelées chromatophores leur permettent de changer à volonté de couleur, pour se fondre dans leur environnement ou pour impressionner leurs adversaires. Des propriétés qui ne sont pas sans intéresser l’armée américaine. Vous aimez nos contenus ? Recevez gratuitement la meilleure news et vidéo du jour, et profitez des conseils de Consogazette pour améliorer votre pouvoir d’achat Des chercheurs de l’Université de Californie à Irvine, soutenus par l’armée, ont réussi à développer un biofilm invisible à la lumière infrarouge, grâce à une protéine extraite de calmar, plus précisément de la peau de spécimens appartenant à la famille des Lonliginidés. Selon l’étude publiée dans la revue Advanced Materials, cette protéine se nomme réflectine et est essentielle au camouflage des calmars. Pour reproduire cette molécule, les chercheurs ont utilisé des bactéries génétiquement modifiées et se sont servis de la substance produite afin de concevoir un film optiquement actif qui possède les propriétés de la peau des céphalopodes. Les capacités de camouflage des céphalopodes La peau des mollusques marins recèle de nombreuses cellules chromatiques qui contiennent cette protéine. En modifiant la structure et la taille des cellules de leur peau, les céphalopodes modifient la façon dont la lumière frappe la réflectine. Les propriétés physiques de la protéine font que celle-ci renvoie une longueur d’onde différente. Ainsi, en jouant sur la structure de leur peau, les céphalopodes peuvent changer de couleur et s’adapter à leur environnement. Les couleurs de leur peau leur servent durant leurs interactions sociales, y compris la communication avec leurs congénères. Elles peuvent intimider les prédateurs, en donnant des couleurs vives et changeantes. Quand ils se sentent en danger, les céphalopodes peuvent aussi choisir de se fondre avec leur environnement et de se camoufler parfaitement sur le sable et les fonds marins. Invisible à l’infrarouge

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/calmar/quand-le-calmar-inspire-un-materiau-de-camouflage-a-l-039-armee-americaine_art30738.html
Copyright © Gentside Découvertes
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP