20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Quand le calmar inspire un matériau de camouflage à l’armée américaine

Quand le calmar inspire un matériau de camouflage à l’armée américaine

Dernière mise à jour le jeudi 12 septembre 2013

Article paru
sur le site "Gentside" - 11 septembre 2013
Visualiser l’article original


Les céphalopodes (pieuvres, calmars et autres seiches) ont des propriétés de camouflage étonnantes. Sous leur peau, des cellules pigmentaires appelées chromatophores leur permettent de changer à volonté de couleur, pour se fondre dans leur environnement ou pour impressionner leurs adversaires. Des propriétés qui ne sont pas sans intéresser l’armée américaine. Vous aimez nos contenus ? Recevez gratuitement la meilleure news et vidéo du jour, et profitez des conseils de Consogazette pour améliorer votre pouvoir d’achat Des chercheurs de l’Université de Californie à Irvine, soutenus par l’armée, ont réussi à développer un biofilm invisible à la lumière infrarouge, grâce à une protéine extraite de calmar, plus précisément de la peau de spécimens appartenant à la famille des Lonliginidés. Selon l’étude publiée dans la revue Advanced Materials, cette protéine se nomme réflectine et est essentielle au camouflage des calmars. Pour reproduire cette molécule, les chercheurs ont utilisé des bactéries génétiquement modifiées et se sont servis de la substance produite afin de concevoir un film optiquement actif qui possède les propriétés de la peau des céphalopodes. Les capacités de camouflage des céphalopodes La peau des mollusques marins recèle de nombreuses cellules chromatiques qui contiennent cette protéine. En modifiant la structure et la taille des cellules de leur peau, les céphalopodes modifient la façon dont la lumière frappe la réflectine. Les propriétés physiques de la protéine font que celle-ci renvoie une longueur d’onde différente. Ainsi, en jouant sur la structure de leur peau, les céphalopodes peuvent changer de couleur et s’adapter à leur environnement. Les couleurs de leur peau leur servent durant leurs interactions sociales, y compris la communication avec leurs congénères. Elles peuvent intimider les prédateurs, en donnant des couleurs vives et changeantes. Quand ils se sentent en danger, les céphalopodes peuvent aussi choisir de se fondre avec leur environnement et de se camoufler parfaitement sur le sable et les fonds marins. Invisible à l’infrarouge

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/calmar/quand-le-calmar-inspire-un-materiau-de-camouflage-a-l-039-armee-americaine_art30738.html
Copyright © Gentside Découvertes
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP