12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne
Accueil > Actualités de la mer > Quiberon. Du poisson vivant vendu sous criée

Quiberon. Du poisson vivant vendu sous criée

Dernière mise à jour le mardi 17 mai 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 12 Mai 2016
Visualiser l’article original


La criée de Quiberon affiche une santé excellente. Tonnage, prix moyen du poisson, nombre d’acheteurs, chiffre d’affaires... Tous les indicateurs sont en hausse. Ceci grâce à une gestion volontariste et à des innovations. La criée commercialise désormais du poisson vivant.

« Aujourd’hui, on a de plus en plus d’acheteurs. Le tonnage du poisson vendu sous criée augmente, en même temps que les cours. On valorise bien le poisson et ça commence à se savoir ».
Alexandre Lebrun a pris la direction de la criée de Quiberon en février 2015. Les yeux rivés sur les tableaux Excel, il voit grimper avec satisfaction les principaux indicateurs de la mise en marché du poisson sous la criée municipale.
Une augmentation de 11 % du tonnage (1.180 tonnes), de 18 % de sa valeur (800.000 € de vente en plus sur 2015) et de 6,7 % du prix moyen du poisson vendu pour l’année 2015.
Et les chiffres des quatre premiers mois de l’année confirment la tendance. Le nombre d’acheteurs inscrits à la vente augmente. Une cinquantaine s’approvisionne à Quiberon, dont une trentaine d’acheteurs extérieurs qui achètent le poisson à distance.
La criée de Quiberon affiche une santé éclatante. Les acheteurs sont assurés d’avoir un approvisionnement régulier, de qualité et les pêcheurs d’obtenir un bon prix pour leur poisson.

Nouveau système de vente

Comment expliquer ces bons résultats ? On a mis en place, il y a tout juste un an, un nouveau système de vente », répond Alexandre Lebrun.
« Un système informatique très précis. Les huit salariés de la criée font un travail de présentation des lots mis en vente très rigoureux, sur les espèces, les tailles, la qualité et peuvent ajouter des commentaires qui apparaissent sur l’écran des acheteurs. Un rapport de confiance s’installe. Les acheteurs savent exactement ce qu’ils prennent, même s’ils sont à Paris.
La traçabilité est maximale ». Grâce à ce système et aux commentaires associés, de Paris, un mareyeur sait que les 6 kg d’éperlans qu’il achète sont de petite ou grande taille, ou que le lot de 12 kg de lieu est constitué de deux gros spécimens, ou de petits gabarits.

Technicité

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP