23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Quiberon. Du poisson vivant vendu sous criée

Quiberon. Du poisson vivant vendu sous criée

Dernière mise à jour le mardi 17 mai 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 12 Mai 2016
Visualiser l’article original


La criée de Quiberon affiche une santé excellente. Tonnage, prix moyen du poisson, nombre d’acheteurs, chiffre d’affaires... Tous les indicateurs sont en hausse. Ceci grâce à une gestion volontariste et à des innovations. La criée commercialise désormais du poisson vivant.

« Aujourd’hui, on a de plus en plus d’acheteurs. Le tonnage du poisson vendu sous criée augmente, en même temps que les cours. On valorise bien le poisson et ça commence à se savoir ».
Alexandre Lebrun a pris la direction de la criée de Quiberon en février 2015. Les yeux rivés sur les tableaux Excel, il voit grimper avec satisfaction les principaux indicateurs de la mise en marché du poisson sous la criée municipale.
Une augmentation de 11 % du tonnage (1.180 tonnes), de 18 % de sa valeur (800.000 € de vente en plus sur 2015) et de 6,7 % du prix moyen du poisson vendu pour l’année 2015.
Et les chiffres des quatre premiers mois de l’année confirment la tendance. Le nombre d’acheteurs inscrits à la vente augmente. Une cinquantaine s’approvisionne à Quiberon, dont une trentaine d’acheteurs extérieurs qui achètent le poisson à distance.
La criée de Quiberon affiche une santé éclatante. Les acheteurs sont assurés d’avoir un approvisionnement régulier, de qualité et les pêcheurs d’obtenir un bon prix pour leur poisson.

Nouveau système de vente

Comment expliquer ces bons résultats ? On a mis en place, il y a tout juste un an, un nouveau système de vente », répond Alexandre Lebrun.
« Un système informatique très précis. Les huit salariés de la criée font un travail de présentation des lots mis en vente très rigoureux, sur les espèces, les tailles, la qualité et peuvent ajouter des commentaires qui apparaissent sur l’écran des acheteurs. Un rapport de confiance s’installe. Les acheteurs savent exactement ce qu’ils prennent, même s’ils sont à Paris.
La traçabilité est maximale ». Grâce à ce système et aux commentaires associés, de Paris, un mareyeur sait que les 6 kg d’éperlans qu’il achète sont de petite ou grande taille, ou que le lot de 12 kg de lieu est constitué de deux gros spécimens, ou de petits gabarits.

Technicité

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP