16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux
Accueil > Actualités de la mer > Quiberon. Du poisson vivant vendu sous criée

Quiberon. Du poisson vivant vendu sous criée

Dernière mise à jour le mardi 17 mai 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 12 Mai 2016
Visualiser l’article original


La criée de Quiberon affiche une santé excellente. Tonnage, prix moyen du poisson, nombre d’acheteurs, chiffre d’affaires... Tous les indicateurs sont en hausse. Ceci grâce à une gestion volontariste et à des innovations. La criée commercialise désormais du poisson vivant.

« Aujourd’hui, on a de plus en plus d’acheteurs. Le tonnage du poisson vendu sous criée augmente, en même temps que les cours. On valorise bien le poisson et ça commence à se savoir ».
Alexandre Lebrun a pris la direction de la criée de Quiberon en février 2015. Les yeux rivés sur les tableaux Excel, il voit grimper avec satisfaction les principaux indicateurs de la mise en marché du poisson sous la criée municipale.
Une augmentation de 11 % du tonnage (1.180 tonnes), de 18 % de sa valeur (800.000 € de vente en plus sur 2015) et de 6,7 % du prix moyen du poisson vendu pour l’année 2015.
Et les chiffres des quatre premiers mois de l’année confirment la tendance. Le nombre d’acheteurs inscrits à la vente augmente. Une cinquantaine s’approvisionne à Quiberon, dont une trentaine d’acheteurs extérieurs qui achètent le poisson à distance.
La criée de Quiberon affiche une santé éclatante. Les acheteurs sont assurés d’avoir un approvisionnement régulier, de qualité et les pêcheurs d’obtenir un bon prix pour leur poisson.

Nouveau système de vente

Comment expliquer ces bons résultats ? On a mis en place, il y a tout juste un an, un nouveau système de vente », répond Alexandre Lebrun.
« Un système informatique très précis. Les huit salariés de la criée font un travail de présentation des lots mis en vente très rigoureux, sur les espèces, les tailles, la qualité et peuvent ajouter des commentaires qui apparaissent sur l’écran des acheteurs. Un rapport de confiance s’installe. Les acheteurs savent exactement ce qu’ils prennent, même s’ils sont à Paris.
La traçabilité est maximale ». Grâce à ce système et aux commentaires associés, de Paris, un mareyeur sait que les 6 kg d’éperlans qu’il achète sont de petite ou grande taille, ou que le lot de 12 kg de lieu est constitué de deux gros spécimens, ou de petits gabarits.

Technicité

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP