19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !
Accueil > Actualités de la mer > Quiberon : c’est parti pour une saison à la coquille

Quiberon : c’est parti pour une saison à la coquille

Dernière mise à jour le lundi 4 novembre 2013

Article paru
sur le site "Ouestfrance-entreprises" - 30 octobre 2013
Visualiser l’article original



Mardi, 11 h 15, retour de pêche à Port Haliguen. « Pas terrible, mais fallait s’en douter avec le mauvais temps qu’il y a eu. C’est le premier jour, demain sera mieux. Il faut que la mer tombe pour que les fonds se stabilisent un peu. »

Gilles Hazevis, président de la commissioncoquille et patron de La rose des vents reste optimiste. Si la pêche du jour - un peu plus d’1,5 tonnes - n’a pas été miraculeuse, les coquilles de la baie restent « d’une très belle qualité, coraillées et avec une noix conséquente ».

La saison de pêche à la coquille Saint-Jacques, retardée d’un jour à cause du coup de vent, a débuté sous le soleil. Vingt-cinq bateaux étaient sur zone mardi matin. Ils étaient accompagnés et surveillés par les vedettes de la gendarmerie de Quiberon et Auray. La Société de sauvetage en mer a aussi envoyé deux semi-rigide. « La semaine prochaine, nous aurons quatre jours, pour rattraper celui qu’on a perdu hier, puisque la criée est fermée ce vendredi »souligne Gilles.
Trois coups de drague

Selon le calendrier établi par le comité des pêches, les pêcheurs professionnels ont quarante-cinq minutes pour traîner leurs dragues, trois jours par semaine. « Deux hommes à bord, c’est obligatoire, précise Serge Jeannes, quarante ans de métier, embarqué sur La rose des vents pour la coquille. On donne trois coups de drague de quinze minutes. »

Deux dragues, d’une largeur de 1,80 m à 2 m, sont installées sur le treuil, avec deux câbles de 110 m et 120 m. Les coquilles sont calibrées à bord, la taille minimale étant de 10,2 cm. Puis les pêcheurs reviennent à terre débarquer le matériel, c’est une obligation s’ils ont l’intention de pêcher autre chose ensuite.

Mais pêcher, ce n’est pas le plus gros du travail. Le plus dur est de « travailler » la coquilleaprès. C’est-à-dire taper avec un outil afin d’enlever les crépidules qui s’y sont accrochées. Ensuite les coquilles sont amenées à la criée à dégorger. « On a le label Bretagne qualité mer (BQM). Si on ne les passe pas en bassin à décanter une nuit, on perd cette appellation » explique Gilles Hazevis, en ajoutant que ce seront les prix qui feront la campagne de cet hiver.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP