20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Quotas 2013 : les pêcheurs opposés aux projets de la Commission (...)

Quotas 2013 : les pêcheurs opposés aux projets de la Commission européenne

Dernière mise à jour le mardi 30 octobre 2012

Article paru sur le site "[http://www.entreprises.ouest-france.fr/

]" - Vendredi 26 octobre 2012
Visualiser l’article original


Véritable tir de barrage du Comité national des pêches qui réagit vivement contre les propositions de la Commission européenne. Celle-ci prévoit de réduire, de manière drastique pour certaines espèces, le volume de captures autorisées. « Inacceptable » pour les professionnels de la mer qui s’étonnent que « la Commission reconnaisse que dans l’Atlantique la proportion de stocks surexploités a pratiquement diminué de moitié depuis 2004, que le nombre de stocks ayant atteints le Rendement Maximum Durable (RMD) a aussi fortement augmenté (deux fois plus élevé qu’en 2011) » et qu’elle ne tienne pas compte des efforts des différentes pêcheries.

Ils dénoncent également « les incohérences » de la Commission. « Emportée par son obsession destructrice, elle veut imposer aux pêcheurs européens d’atteindre, pour certaines espèces, le RMD à partir de 2013 alors que dans le projet de future Politique Commune de la Pêche (PCP), elle fixe l’objectif à 2015. »

Incompréhension

Cette approche vivement critiquée se traduit, selon eux, « par des diminutions irresponsables et incompréhensibles qui mettraient définitivement en péril le secteur européen de la pêche ». Exemples : « Pour le merlu, la Commission propose une réduction de 32% alors que la biomasse est en forte augmentation. Pour l’églefin de la mer Celtique, elle veut réduire les captures de 55%, alors que la biomasse y est abondante » Quant à la sole du Golfe de Gascogne, la diminution de 29% « est incompréhensible ».

Le Comité national des pêches s’interroge : « Les pêcheurs français et européens doivent-ils être sacrifiés au titre d’une accélération des objectifs bureaucratiques unilatéraux de la Commission sans la moindre prise en compte de la viabilité économique des entreprises ? » Le CNPMEM s’étrangle devant « le cynisme d’une Commission » qui écrit : « L’analyse montre que la réalisation du RMD pour l’échéance fixée aura un coût économique et social à court terme. Il ne fait cependant aucun doute que ce coût sera compensé sur le moyen terme. »

Avec cette fin de phrase, « elle montre qu’elle accepte de détruire les entreprises de pêche en leur faisant croire à un avenir radieux, sous le fallacieux prétexte de les protéger … Le CNPMEM s’oppose à l’acharnement de la Commissaire et considère qu’elle est sous influence (ndlr : des lobbies écologistes) en ciblant un RMD dès que possible et en utilisant un confortable principe de précaution ». Le CNPMEM qui prône « une pêche responsable pour un développement durable, attend des pouvoirs publics un engagement fort ».
Jean-Pierre BUISSON.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP