15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites
Accueil > Actualités de la mer > Quotas de pêche 2014 : le bras de fer

Quotas de pêche 2014 : le bras de fer

Dernière mise à jour le mercredi 18 décembre 2013

Article paru
sur le site "Ouestfrance-entreprises" - 17 Décembre 2013
Visualiser l’article original



Les ministres européens de la Pêche ont entamé, depuis hier, à Bruxelles, les négociations sur la fixation des limites de captures de poissons pour 2014 dans les eaux de l’Atlantique, Manche et mer du Nord. Les négociations pourraient durer jusqu’aux petites heures de mercredi.

Côté français, on s’attend à un Conseil « difficile, car on a des stocks dans toutes les eaux, avec des baisses parfois difficilement acceptables ». En mer Celtique, la Commission table sur une baisse des prises de 33 % pour le cabillaud et même de 75 % pour l’églefin.

La France, comme l’Irlande et le Royaume-Uni, souhaite un tour de vis plus étalé dans le temps, conformément aux décisions des États membres sur le rendement maximal durable (RMD, exploitation à des niveaux sans danger pour la ressource). Le RMD doit être atteint entre 2015 et 2020. Or, la Commission souhaite le plus souvent l’appliquer dès 2015.

Lorsque les données scientifiques sont incomplètes, la Commission applique une baisse de 20 %. C’est le cas notamment pour la langoustine dans le golfe de Gascogne. « On ne connaît pas le niveau du RMD, mais les études de l’Ifremer montrent que la biomasse est en hausse et l’effort de pêche est en baisse », fait-on valoir au ministère des Transports, de la Mer et de la Pêche qui plaide pour le maintien au niveau actuel du volume des captures (3 665 tonnes).

Dans le golfe de Gascogne, la France compte sur le soutien de l’Espagne et du Portugal pour certains stocks. La baisse de 20 % des prises de raies est contestée par plusieurs pays, au nord comme au sud. Tout va bien en revanche pour le merlu du golfe (+ 49 % pour la zone nord, + 15 % pour la zone sud). Les Français espèrent que cette hausse du TAC de merlu s’accompagnera d’un renforcement des contrôles.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP