17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses
Accueil > Actualités de la mer > Quotas réduits : la pêche normande en alerte

Quotas réduits : la pêche normande en alerte

Dernière mise à jour le vendredi 8 novembre 2013

Article paru
sur le site "OuestFrance-entreprise" - 07 Novembre 2013
Visualiser l’article original



« 2014 se présente très mal pour la pêche normande », alerte Richard Brouzes, directeur de l’Organisation des producteurs de Normandie. « En proposant de réduire encore de 20 % nos quotas de raie bouclée et de 45 % et 17 % ceux de sole et de plie en Manche Est, l’Europe va mettre en sérieuses difficultés nos chalutiers hauturiers, mais aussi les côtiers. » L’OPBN a fait ses calculs, pour les plus grandes unités, la raie bouclée pèse 20 % du chiffre d’affaires. « Sole et plie représentent 70 % de celui des petits bateaux en été. »
Tous les ans, les quotas de pêche sont renégociés au niveau européen. Chaque ministre des pêches se livre alors à une discussion de marchand de tapis pour obtenir les meilleures conditions d’accès à la ressource pour ses pêcheurs. « Cette réduction de la raie bouclée, après les moins 10 % de l’an dernier, nous paraît injustifiée », plaide Richard Brouzes. « Cette variété est en bonne santé, sa biomasse a doublé ces dernières années. »
Mais comme la raie brunette, interdite de pêche en Manche depuis des années, malgré l’importance des stocks constatée en mer à chaque marée, la raie bouclée fait partie de la catégorie des requins, espèce protégée. « Et là, nous nous heurtons au dogmatisme », se désole le directeur de l’OPBN. « Résultat, nous limitons notre effort de pêche à 3,5 tonnes par mois et par bateau pour tenir dans le quota alloué. » Le reste est rejeté en mer. « Incohérent ! Car dans le même temps, Bruxelles nous demande de tendre vers le « zéro rejet en mer ».
La raie est aussi victime de maigres investissements en connaissances scientifiques et « d’un principe de précaution excessif ».

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP