15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare
Accueil > Actualités de la mer > Quotas réduits : la pêche normande en alerte

Quotas réduits : la pêche normande en alerte

Dernière mise à jour le vendredi 8 novembre 2013

Article paru
sur le site "OuestFrance-entreprise" - 07 Novembre 2013
Visualiser l’article original



« 2014 se présente très mal pour la pêche normande », alerte Richard Brouzes, directeur de l’Organisation des producteurs de Normandie. « En proposant de réduire encore de 20 % nos quotas de raie bouclée et de 45 % et 17 % ceux de sole et de plie en Manche Est, l’Europe va mettre en sérieuses difficultés nos chalutiers hauturiers, mais aussi les côtiers. » L’OPBN a fait ses calculs, pour les plus grandes unités, la raie bouclée pèse 20 % du chiffre d’affaires. « Sole et plie représentent 70 % de celui des petits bateaux en été. »
Tous les ans, les quotas de pêche sont renégociés au niveau européen. Chaque ministre des pêches se livre alors à une discussion de marchand de tapis pour obtenir les meilleures conditions d’accès à la ressource pour ses pêcheurs. « Cette réduction de la raie bouclée, après les moins 10 % de l’an dernier, nous paraît injustifiée », plaide Richard Brouzes. « Cette variété est en bonne santé, sa biomasse a doublé ces dernières années. »
Mais comme la raie brunette, interdite de pêche en Manche depuis des années, malgré l’importance des stocks constatée en mer à chaque marée, la raie bouclée fait partie de la catégorie des requins, espèce protégée. « Et là, nous nous heurtons au dogmatisme », se désole le directeur de l’OPBN. « Résultat, nous limitons notre effort de pêche à 3,5 tonnes par mois et par bateau pour tenir dans le quota alloué. » Le reste est rejeté en mer. « Incohérent ! Car dans le même temps, Bruxelles nous demande de tendre vers le « zéro rejet en mer ».
La raie est aussi victime de maigres investissements en connaissances scientifiques et « d’un principe de précaution excessif ».

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP