22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Rade de Brest. Qui veut la peau du phoque gris ?

Rade de Brest. Qui veut la peau du phoque gris ?

Dernière mise à jour le jeudi 4 juin 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 02 Juin 2015
Visualiser l’article original



C’est un phoque gris adulte d’une centaine de kilos qui chasse autour de l’île Ronde et trouve souvent refuge dans un des deux blocs de béton de la pointe de l’Armorique.
Bon nombre de pêcheurs s’en plaignent et veulent régulièrement lui faire la peau. Comment peut-on autant détester un animal marin ? Ils sont nombreux à maugréer contre ce phoque solitaire mâle qui chasse régulièrement autour de l’île Ronde et dans la baie de Lauberlac’h.
Coup de fusil, coup d’aviron « Y a des coups de fusil qui se perdent ! », lançait, il y a quelques semaines, un ancien pêcheur pro de la rade de Brest. Un autre se vantait de lui avoir asséné un coup d’aviron. Peu probable, tant l’animal est vif et s’approche peu. D’autres n’hésiteraient pas à foncer, hélice tournante, sur « la bête ».
On ne l’aime pas car il a la réputation de manger énormément, de dévorer les poissons pris dans les filets et de faire fuir la ressource dès qu’il entre en chasse.
Les promeneurs qui l’aperçoivent adorent, au contraire, voir sa tête de gros chat à longues moustaches sortir de l’eau, parfois un poisson dans la gueule. Dur dur pour les pêcheurs de bar, qui restent bredouilles devant lui !
Nombreux sont les plongeurs du secteur qui l’ont déjà aperçu et se sont retrouvés face à un redoutable défenseur de son territoire, capable de rester en apnée jusqu’à 20 minutes !
S’agit-il du même individu observé depuis trois ans autour de la pointe de l’Armorique, à Plougastel ? « Rien ne permet de l’affirmer »

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP