13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition30 juin : Brest. À Océanopolis, la famille manchot s’agrandi29 juin : Écloserie. Des pétoncles noirs à l’essai28 juin : Sein. Les grands dauphins comme dans un écrin21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours 9 juin : Manche : il n’y aura pas de moules de Barfleur cet été
Accueil > Actualités de la mer > Rade de Brest. Qui veut la peau du phoque gris ?

Rade de Brest. Qui veut la peau du phoque gris ?

Dernière mise à jour le jeudi 4 juin 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 02 Juin 2015
Visualiser l’article original



C’est un phoque gris adulte d’une centaine de kilos qui chasse autour de l’île Ronde et trouve souvent refuge dans un des deux blocs de béton de la pointe de l’Armorique.
Bon nombre de pêcheurs s’en plaignent et veulent régulièrement lui faire la peau. Comment peut-on autant détester un animal marin ? Ils sont nombreux à maugréer contre ce phoque solitaire mâle qui chasse régulièrement autour de l’île Ronde et dans la baie de Lauberlac’h.
Coup de fusil, coup d’aviron « Y a des coups de fusil qui se perdent ! », lançait, il y a quelques semaines, un ancien pêcheur pro de la rade de Brest. Un autre se vantait de lui avoir asséné un coup d’aviron. Peu probable, tant l’animal est vif et s’approche peu. D’autres n’hésiteraient pas à foncer, hélice tournante, sur « la bête ».
On ne l’aime pas car il a la réputation de manger énormément, de dévorer les poissons pris dans les filets et de faire fuir la ressource dès qu’il entre en chasse.
Les promeneurs qui l’aperçoivent adorent, au contraire, voir sa tête de gros chat à longues moustaches sortir de l’eau, parfois un poisson dans la gueule. Dur dur pour les pêcheurs de bar, qui restent bredouilles devant lui !
Nombreux sont les plongeurs du secteur qui l’ont déjà aperçu et se sont retrouvés face à un redoutable défenseur de son territoire, capable de rester en apnée jusqu’à 20 minutes !
S’agit-il du même individu observé depuis trois ans autour de la pointe de l’Armorique, à Plougastel ? « Rien ne permet de l’affirmer »

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP